Décès de Simone Veil, figure du droit des femmes en France et à l'origine de la loi sur l'IVG

Publication: Mis à jour:
SIMONE VEIL
French Prime Minister Francois Fillon (L) applauds as French politician and Academician Simone Veil arrives at the Women's Assembly organised by French weekly magazine Elle at the Sciences Politiques high-school in Paris May 7, 2010. REUTERS/Benoit Tessier (FRANCE - Tags: POLITICS SOCIETY) | Benoit Tessier / Reuters
Imprimer

POLITIQUE - C'est une grande figure de l'histoire des droits des femmes qui s'est éteinte. Selon Le Journal du Dimanche qui cite une source sûre, Simone Veil est décédée ce vendredi 30 juin à son domicile parisien du 7e arrondissement à l'âge de 89 ans.

En mai 1974, alors juriste de 46 ans sans étiquette, Simone Veil avait été nommée ministre de la Santé par Valéry Giscard d'Estaing. Quelques mois plus tard, celle-ci parviendra à imposer au Parlement une loi instaurant l'Interruption volontaire de grossesse (IVG).

Ces mots notamment, prononcés contre l'hostilité parfois virulente d'une partie de l'Assemblée, sont restés particulièrement célèbres: "Je voudrais tout d'abord vous faire partager une conviction de femme, je m'excuse de le faire devant cette Assemblée presque exclusivement composée d'hommes: aucune femme ne recourt de gaieté de cœur à l'avortement."

Ce combat sera le premier acte d'une riche carrière politique qui la conduira en 1979 à la première présidence du Parlement européen.

Née en 1927 à Nice dans une famille juive non pratiquante, arrêtée à 16 ans tout comme ses parents et ses soeurs, Simone Veil avait été déportée à Auschwitz-Birkenau. Seules ses deux soeurs Madeleine et Denise ainsi qu'elle même survivront aux camps de la mort.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.