Le Secrétaire Général de l'UGTT appelle à un remaniement ministériel partiel (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Invité à s'exprimer sur la situation du pays à la radio Mosaïque FM, le secrétaire général de l'UGTT Noureddine Taboubi a indiqué que la Tunisie a "grandement besoin" d'un remaniement ministériel.

Interrogée par l'animatrice de l'émission "Midi Show" sur un éventuel remaniement ministériel, il affirme que "nous avons grandement besoin d'un remaniement ministériel partiel" mais sous certaines conditions: "Si l'on revient à un combat entre les partis politiques pour savoir qui aura le plus de portefeuilles et s'ils font pression pour désigner quelqu'un ou refuser un autre, nous le refuserons catégoriquement".

Pour lui, l'UGTT n'a pas "de ministres à placer, ni gouverneurs, ni aucun autre poste". "Tout ce qui nous intéresse, c'est de mettre en place des critères objectifs (...) pour choisir l'homme idéal ou la femme idéale au bon poste" a-t-il demandé.

Selon Noureddine Taboubi, il faut repenser la structure gouvernementale: "Nous avons le ministre de l'Enseignement supérieur qui gère l'Éducation, et celui du développement et de la coopération internationale qui gère les Finances, ça fait beaucoup".

"Ensuite, il faut aussi repenser à la structure des ministères. Pourquoi mettre l'Industrie et le Commerce ensemble? Pourquoi ne pas mettre l'Industrie et l'Énergie ensemble?! Pourquoi n'y aurait-il pas une autre vision plus globale de la structure du gouvernement?" s'est-il interrogé.

"Pas un élément de décoration"

"En notre qualité de signataires du document de Carthage, nous avons une obligation morale (vis à vis des autres signataires) mais également envers la nation (...) mais l'UGTT ne sera jamais un élément de décoration" a-t-il clamé.

Affirmant que les grandes lignes de l'Accord de Carthage ne se sont pas concrétisées en plan de travail clair et ce à cause et du gouvernement mais également des partis politiques et des organisations, il affirme qu'il "n'en reste que les grandes lignes, floues".

"Si le gouvernement propose un plan de travail conforme à l'Accord de Carthage, il ne fait aucun doute que nous serons son plus grand soutien" a réaffirmé Noureddine Taboubi.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.