Tunisie: Bientôt une charte pour régir le secteur des sondages

Publication: Mis à jour:
SURVEY
Close-up Of Businessman Filling Customer Survey Form | AndreyPopov via Getty Images
Imprimer

La Chambre Syndicale des Professionnels des Etudes de Marché et Sondage d'Opinion est sur le point de terminer l’élaboration d’une charte d’honneur régissant le secteur des études de marché et de sondage d'opinion, a déclaré mercredi le président de la Chambre et directeur général du bureau d’études, Emrhod consulting, Nabil Belaâm.

Destinée à favoriser la régulation interne du secteur et à mieux l’organiser, cette charte va permettre aux médias et aux acteurs politiques de prendre connaissance et de mieux comprendre le mode de fonctionnement des bureaux de sondage d’opinion, a-t-il souligné.

A ce propos, il a plaidé l’urgence de mettre en place un cadre législatif régissant le secteur pour se mettre en phase avec les standards internationaux en vigueur en Europe et aux Etats Unis d’Amérique.

Ce document, a-t-il expliqué, devrait donner lieu à deux autres chartes. La première vise à définir les règles régissant les relations avec les médias, particulièrement en ce qui concerne le mode de traitement des sondages d’opinion à caractère public et confidentiel et à fixer les modalités de publication.

Quant à la deuxième charte, elle va définir les règles régissant les relations entre les bureaux de sondage et les acteurs politiques, dont en premier lieu les partis, a-t-il ajouté.

Selon Nabil Belaâm, la Tunisie compte actuellement 25 bureaux d'étude de Marché et de Sondage d'Opinion.

Durant le mois de ramadan, des sondages publiés sur les audiences télé ont créé un tollé. Plusieurs acteurs et réalisateurs sont montés au créneau dénonçant une manipulation des sondages.

À la suite de ce tollé, la HAICA avait interdit aux instituts de sondage de publier les taux d'audiences sans accord préalable des médias.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.