"Habib Bourguiba a rêvé la Francophonie comme il avait rêvé de la nation tunisienne" affirme la Secrétaire Générale de la Francophonie lors d'une conférence à l'ITES

Publication: Mis à jour:
RRR
OIF
Imprimer

"La Tunisie a déposé sa candidature pour abriter le siège MENA de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF)", a annoncé le directeur général de l’Institut tunisien des études stratégiques (ITES), Hatem Ben Salem, mercredi à Carthage en marge d'une conférence sur le thème de "La Francophonie, force d’actions, de propositions et de rassemblement face aux urgences du monde" donnée par la Secrétaire-Générale de l'OIF Michaëlle Jean.

Cependant la Tunisie n'est pas la seule candidate a-t-il rappelé, le Liban ayant également déposé sa candidature.

Réagissant à cette annonce, la Secrétaire générale de l'OIF a indiqué que "l’idée d’un bureau dans la région est importante car sur le plan d’un positionnement stratégique, il serait intéressant que les pays de la sous-région du Maghreb puissent aussi avoir un bureau régional actif" tout comme c'est le cas pour le Liban dans le Moyen-Orient a-t-elle rappelé.

La Francophonie, force d’actions, de propositions et de rassemblement face aux urgences du monde?

Lors de la conférence présentée par Mme Jean, elle affirmé être "en Tunisie, pour comprendre, mieux encore, ce qui se vit, ici, comme ailleurs ou différemment, et comment vous y faites face. Sachez, chers amis, que la Tunisie compte, qu'elle demeure une référence. Et je suis venue vous dire, tout d'abord, que la Francophonie sait tout ce qu'elle doit à la Tunisie".

Revenant sur le rôle joué par Bourguiba aux côtés de Léopold Sédar Senghor, Diori Hamani et Norodom Sianouk dans la naissance de la Francophonie institutionnelle, elle affirme: "Habib Bourguiba a rêvé la Francophonie comme il avait rêvé, des années auparavant, la nation tunisienne autour des mots d'émancipation, d'indépendance, de liberté, de modernité, d'égalité, de solidarité, et d'ouverture au monde. Habib Bourguiba a été un visionnaire et un précurseur dans bien des domaines".

Reprenant la définition donnée par Habib Bourguiba à la langue française, "un moyen de contestation et de rencontre", elle indique que "l’avenir lui a donné raison: la langue française est à la fois plus subversive et plus rassembleuse que jamais!".

Ainsi "47 ans après la signature du Traité de Niamey, la Francophonie est devenue cette Communauté de 84 Etats et gouvernements répartis sur les 5 continents. La Francophonie est devenue ce vaste espace de coopération et de solidarité, ce catalyseur, cette force de mobilisation autour de valeurs universelles, fécondées par notre diversité".

La Francophonie est ainsi devenue "cet empire de l'esprit et de l'intelligence sur lequel le soleil ne se couche jamais" cite-t-elle Bourguiba.

Affirmant tout l'aide et le soutien de l'OIF à la transition démocratique tunisienne dans de nombreux domaines, Michaëlle Jean affirme que "la Tunisie représente donc désormais bien plus que ses 11 millions d’habitants, elle s'est engagée à devenir une référence, un modèle nouveau résolument attaché à cet idéal d'un humanisme intégral et universel porté par la Francophonie".

"La Tunisie peut compter sur les échanges constructifs d'expériences et d'expertises offerts par les réseaux institutionnels de l’OIF" a-t-elle rappelé.

Afin de répondre aux défis auxquels fait face la Tunisie, "mais également le Maroc", l'OIF a développé un plan d’action régional pour le Maghreb: "Cette approche régionale répond tout à la fois à une exigence de proximité et de cohérence" explique-t-elle, tant "sont proches certains défis auxquels la Tunisie et le Maroc sont confrontés et combien sont proches, aussi, les solutions".

Jeunesse, lutte contre le terrorisme, droits des femmes, économie, harmonisation législative, commerce, décentralisation, assistance parlementaire...autant de domaines dans lesquels l'OIF est prête aujourd'hui à aider la Tunisie.

LIRE AUSSI: La Tunisie doit jouer sa pleine partition dans le positionnement stratégique de la Francophonie selon la Secrétaire Générale de l'OIF Michaëlle Jean (INTERVIEW)

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.