Syrie: Près de 100.000 civils "pris au piège" à Raqa selon l'ONU

Publication: Mis à jour:
RAQA
A member of the Syrian Democratic Forces (SDF), made up of an alliance of Kurdish and Arab fighters, looks at smoke rising in the al-Meshleb neighbourhood of Raqa as they try to advance further into the Islamic State (IS) group's Syrian bastion, on June 7, 2017 two days after finally entering the northern city.The SDF alliance began the battle for the city earlier this week after seven months of fighting to surround the key jihadist stronghold. / AFP PHOTO / DELIL SOULEIMAN (Photo credit | DELIL SOULEIMAN via Getty Images
Imprimer

L'ONU a estimé mercredi que près de 100.000 civils étaient "pris au piège" à Raqa, principal bastion du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, que les Forces démocratiques syriennes (FDS, antijihadistes) tentent de reprendre.

Selon des données recueillies par le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l'Homme, "au moins 173 civils – il s'agit ici d'une estimation prudente, et le nombre réel pourrait être bien plus élevé – ont été tués dans les combats depuis le 1er juin", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Selon des données recueillies par le Haut-Commissariat, "près de 100.000 civils sont actuellement pris au piège" à Raqa et "au moins 173 civils - il s'agit ici d'une estimation prudente, et le nombre réel pourrait être bien plus élevé - ont été tués dans les combats depuis le 1er juin".

Située dans le nord du pays et bordée par le fleuve de l'Euphrate, Raqa comptait avant la guerre quelque 300.000 habitants, en majorité des Arabes sunnites. C'était également la ville de milliers de chrétiens arméniens et syriaques et les Kurdes formaient 20% de sa population.

La bataille de Raqa est la plus emblématique pour les FDS qui sont engagées dans des combats contre les jihadistes depuis des mois avec l'appui d'une coalition internationale menée par les Etats-Unis tant sur le plan aérien, qu'avec des conseillers, des armes et de l'équipement.

"Les bombardements de ces trois dernières semaines sur Raqqa ont laissé les civils dans un état de terreur et de confusion quant aux possibilités de trouver refuge entre les atrocités commises par les soldats de Daech (acronyme en arabe de l'EI) et la lutte acharnée pour les défaire", a relevé le Haut-Commissaire, Zeid Ra'ad Al Hussein, cité dans le communiqué.

"Le grand nombre de victimes civiles montre que les parties en présence doivent en faire beaucoup plus pour assurer la protection de la population civile", a-t-il ajouté.

M. Zeid exhorte les parties au conflit à mettre en place des mesures qui permettent aux civils qui souhaitent fuir les combats de le faire en toute sécurité.

Il appelle aussi toutes les forces, y compris les troupes soutenues par la coalition internationale, à veiller à ce que leurs opérations soient pleinement conformes au droit international et à enquêter de façon "rapide et efficace" lorsqu'il y a des "rumeurs" faisant état de victimes civiles.

Selon le Haut-Commissariat, les FDS, qui sont formées de combattants kurdes et arabes, "se seraient elles-mêmes rendues coupables de violations des droits de l'Homme et d'abus de ces droits dans les zones qu'elles contrôlent, notamment dans la ville de Tabqa". Le communiqué cite ainsi "des actes de pillage, d'enlèvements, de détentions arbitraires dans le cadre des opérations de filtrage, ainsi que de recrutement d'enfants".

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.