L'armée israélienne détruit une soixantaine panneaux solaires d'un village à Bethlehem

Publication: Mis à jour:
SOLAR ENERGY
Luang Prabang, Laos | fototrav via Getty Images
Imprimer

Les 150 habitants du village de Jubbet al-Dhib, situé dans la localité de Bethlehem en Cisjordanie occupée, sont privés depuis ce mercredi 28 juin 2018 de leur accès à l'électricité. L'armée de l'occupation israélienne a détruit et confisqué une soixantaine de panneaux solaires, installés en 2016 par des organisations de défendre des droits humains, rapporte aujourd'hui Maan News.

Un des habitants de ce village a expliqué ce matin à cette agence de presse que des éléments de l'armée et des membres de l'administration de l'occupation ont pris d'assaut le village pour confisquer ces panneaux solaires.

Interrogé par la même source plus tard, ils ont justifié cette opération par le fait que ces installations ont été réalisées "sans permis", affirmant "que le village a d'autres sources d'électricité".

Un Institut de recherche appliquée de la ville Al-Qods démontrait pourtant en 2010 que le village de Jubbet al-Dhib manquait des infrastructures de base, dont l'électricité. Cet institut a expliqué que "les associations de défense des droits humains ont entrepris la mise en place de ces panneaux solaires pour éclairer ses ruelles et soutenir par la même occasion les Palestiniens dans la protection de leurs terres et leur lutte contre la colonisation".

L'administration de l'occupation a toujours refusé d'octroyer à ces ONG des licences, les obligeant à poursuivre leur projet de doter le village de cette technologie sans sa "permission".

Le village, situé à l'est de la ville de Bethléem, est entouré de colonies israéliennes illégales. Un des 150 habitants a expliqué à Maan News que l'occupation interdit aux Palestiniens de construire ou de bénéficier des infrastructures de base".

Le même institut a rappelé que l'occupation violait des règle internationales des droits humains, en priveat de la sorte "les résidents palestiniens de leurs droits humains les plus simples en matière d'accès aux droits les plus fondamentaux, tels que l'éducation, la santé, le droit au travail et le sens de l'humanité".

Ces pratiques "confirmaient l'intention de la police de l'occupation de poursuivre sa politique de colonisation en aggravant les souffrances des Palestiniens afin de les pousser à quitter leurs terres et leurs domiciles", poursuivait l'institut dans son rapport, cité par Maan News.

Plus de 300 structures, réalisées avec le soutien des ONG et de l'Union européenne, ont été démolies par Israel en 2016, suite à l'entrée en vigueur d'une procédure permettant aux occupants de démolir une structure construite "sans permis" dans les 60 jours de sa construction.

LIRE AUSSI: L'ONU gangrenée par la censure

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.