8 alternatives textiles naturelles et écologiques innovantes

Publication: Mis à jour:
TEXTILE
PINTEREST/Anamaria Pavel
Imprimer

Si le lin, la soie, la ramie (plante de la famille des orties), le raphia (fibre de palmier), la laine ou encore le coton naturel nous sont déjà familiers, il en existe aujourd’hui de nombreuses alternatives.

À l’heure où le monde de la mode se tourne de plus en plus vers une consommation vegan, durable et écologique, ces nouveaux textiles représentent d’intéressantes alternatives aux matières polluantes ou animales comme le cuir.

Voici quelques exemples parfois étonnants de ces fibres nouvellement exploitées ou encore peu connues:

La fibre de lait

Aussi étonnant que cela puisse paraître, on réalise aujourd’hui des vêtements à partir de lait déshydraté et écrémé. La caséine du lait étant transformée en fibre sous l’action de la chaleur.

Le tissu ainsi produit a un toucher qui se rapproche de celui de la soie, mais il a l’avantage d’être plus résistant et antibactérien.

La fibre de feuille d’ananas

tbt

Déjà utilisé aux Philippines dans la conception d’habits traditionnels (Barong Tagalog), la fibre de feuille d’ananas a été plus récemment employée pour mettre au point la matière textile "Pinatex" dont les premiers prototypes d’accessoires ont déjà reçu un accueil encourageant.

Récompensée du Prix de l’innovation matérielle en 2016, cette fibre est résistante, elle peut être teinte, imprimée et traitée.

La fibre de maïs (Ingeo et Biofront)

corn

La fibre Ingeo emploie du sucre de maïs fermenté. Elle a notamment l’avantage d’être biodégradable, de résister à l’humidité et aux tâches et d’être naturellement antiacarienne.

Le Biofront est un polymère fabriqué à partir de l’amidon de maïs. Il est recyclable et n’émet pas de CO2.

La fibre d’algue (SeaCell)

algae

Le SeaCell contraction de "sea", mer et "cell", cellulose est une fibre fabriquée à partir d’algue et de cellulose. Cette matière a l’avantage de ne pas se froisser, d’être très douce, et de favoriser l’évacuation de l’humidité.

Les algues ont également des propriétés anti-inflammatoires et libèrent des vitamines E ainsi que des sels minéraux. Leur pouvoir cicatrisant a notamment mené à l’élaboration de pansements.

La fibre de soja

soy

La fibre de soja est fabriquée à partir de protéine de graine de soja. Elle est antibactérienne et thermorégulatrice.

Sa grande douceur, son aspect brillant et soyeux et ses vertus en fait un tissu souvent employé dans la fabrication de produits de literie haut de gamme.

La fibre de coco

coconut

Entièrement exploitable, le cocotier est utilisé par l’homme depuis toujours. Ses fibres les plus fines sont extraites des coques rejetées après extraction de la pulpe. Celles-ci sont filées et mélangées à du coton.

La fibre de coco est biodégradable, elle se démarque également par sa légèreté et ses facultés déodorante et antibactérienne.

La fibre de lotus

lotus fibre

Elle est contenue dans la tige des fleurs de lotus, le toucher de son tissu est comparable à celui du lin.

Le lac Inlé en Birmanie dont elle est originaire, demeure aussi le dernier endroit où l’on sait filer cette fibre. Cette rareté en fait un tissu exclusif et luxueux.

La fibre d’eucalyptus

eucalyptus

La fibre de Lyocell qui est aujourd’hui de plus en plus exploitée, peut être réalisée à partir de plusieurs bois (feuillus, bambou, etc.) cependant l’eucalyptus reste l’un des plus avantageux. Celui-ci est réduit en poudre puis en matière visqueuse dans le souci de respecter au maximum l’environnement. Son processus d’extraction s’avère beaucoup plus inoffensif que celui du bambou dont la transformation chimique peut être très polluante.

La fibre de cette plante australienne est reconnue pour ses propriétés bactéricide et biodégradable, sa résistance et sa grande douceur.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.