Ould Ali qualifie le conflit entre les fédérations et le COA d'"interne"

Publication: Mis à jour:
A
Ministère de la jeunesse et des sports/facebook
Imprimer

Le conflit opposant des fédérations sportives nationales et le Comité olympique et sportif algérien (COA) est "interne", a souligné vendredi le ministre de la Jeunesse et des Sports El Hadi Ould Ali, assurant que son département n'avait "aucune relation" avec ces "perturbations", rapporte l'APS.

Des fédérations contestent la réélection de Mustapha Berraf à la tête du COA pour le mandat quadriennal 2017-2020, estimant que l'AG élective ne s'était pas déroulée dans la transparence.

"Il s'agit d'un conflit interne entre le Comité olympique et les 36 fédérations qui sont en train de prendre leurs décisions en toute liberté vu les conditions dans lesquelles a été organisée l'AGE. Les présidents des fédérations ont été élus et ils sont libres d'entamer les actions qu'ils jugent nécessaires", a déclaré M. Ould Ali lors d'un point de presse à l'issue d'une tournée aux salles qui abriteront les matchs du Mondial de handball U21 prévu le mois de juillet prochain à Alger.

Le Comité international olympique (CIO) avait réagi en appelant l'ensemble des fédérations sportives algériennes, le COA et les autorités sportives algériennes à restaurer un climat "de confiance et de respect mutuel" dans le seul intérêt du sport et des athlètes algériens, conformément à la Charte olympique".

Quatre présidents de Fédération avaient demandé une audience "particulière" au patron du CIO Tomas Bach, afin de lui rapporter ce qu'ils ont qualifié de "violation des règlements" lors de l'assemblée générale élective.

Le CIO a affirmé par la suite "ne pas reconnaître une quelconque légitimité à un collectif de fédérations auto-proclamé agissant en dehors de toute institution/structure sportive dûment établie et reconnue", constatant que cette "démarche intervient à posteriori" et a confirmé sa "position initiale" par rapport à l'élection de Berraf à la tête du COA, vu l'absence "de preuves significatives tangibles".

Le ministre souhaite que l'instance mondiale ouvre la porte aux fédérations pour leur permettre d'apporter des précisions et des informations sur le déroulement des élections.

"Nous ne pouvons pas imaginer un Comité olympique sans fédérations, pour cela nous demandons au CIO de les écouter. Le ministère a une bonne relation avec l'instance olympique mondiale et a reçu les fédérations suite à leur demande. Nous sommes en train de suivre l'évolution des choses et le ministère n'a rien à avoir dans ce qui se passe", a encore dit Ould Ali.

Les "contestataires" ont déposé un recours au niveau du Tribunal algérien sportif (TAS) et sont dans l'attente du verdict concernant leur requête sur le déroulement de l'AGE du COA.

"Le TAS doit prendre la décision qu'il faut loin de toute pression. Nous allons œuvrer pour que cette instance juridique soit indépendante à l'avenir et non liée au Comité olympique", a-t-il promis.

Le ministre a, d'autre part, vivement critiqué les résultats du sport algérien durant les trois dernières éditions des jeux olympiques qu'il juge "très modestes" par rapport aux moyens mis pour le développement du sport.

"Depuis 2008 et les Jeux olympiques de Pékin, seulement trois athlètes se sont illustrés. C'est très peu. Nous avons tracé une feuille de route pour relancer notre sport", a conclu le premier responsable du sport algérien.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.