El Mortada Iamrachen autorisé à assister aux funérailles de son père ce vendredi à Al Hoceima

Publication: Mis à jour:
AL HOCEIMA
Youssef Boudlal / Reuters
Imprimer

AL HOCEIMA - Une autorisation exceptionnelle a été accordée à El Mortada Iamrachen par le ministre de la Justice. Arrêté le 10 juin, et incarcéré à la prison de Salé, ce leader du mouvement de protestation du Rif a été libéré pour assister, ce vendredi, aux funérailles de son père.

"Il est décédé hier dans la journée à l’hôpital Mohammed V d’Al Hoceima. Il était dans le coma, depuis l’arrestation de son fils", raconte au HuffPost Maroc Najim Abdouni, le président de la section d’Al Hoceima de l'Instance nationale de protection des biens publics. "Dès que nous avons appris la triste nouvelle, une mobilisation s’est constituée rapidement pour présenter une demande de libération exceptionnelle en faveur d’El Mortada et plusieurs y ont contribué", explique-t-il.

El Mortada se sent coupable du décès de son père

Tôt dans la matinée de ce vendredi, vers 6h30, El Mortada est arrivé par avion à Al Hoceima. "El Mortada montre un contrôle de soi et une force d’esprit. Mais il est envahi par la douleur du deuil et il ressent une culpabilité vis-à-vis du décès de son père", affirme Najim Abdouni qui l'a vu à son arrivée.

Selon ce dernier, plus de 80 personnes se sont présentées ce matin à l’hôpital dès que la nouvelle de la mort du père Iamrachen est tombée. Aux funérailles sont attendus des centaines de citoyens. L’autorisation exceptionnelle accordée à son fils El Mortada a eu un effet apaisant. À en croire Abdouni, sa famille mais aussi les habitants d’Al Hoceima trouvent en cette mesure une lueur d’espoir.

"Cette libération exceptionnelle montre la volonté de l’État de mettre un terme à la tension à Al Hoceima. Je suis optimiste et je pense qu’il est temps que le traitement de la situation à Al Hoceima se fasse désormais avec sagesse, que les détenus du Hirak soient tous libérés", déclare au HuffPost Maroc l’un des avocats d’El Mortada Iamrachen, Mohamed Tarek Sbai, qui est également président de l'Instance nationale de protection des biens publics.

"Nous avons contacté le CNDH pour faciliter d’exécution de l’autorisation de libération dès qu’elle a été accordée. Tout s’est passé dans les meilleures conditions", tient-il à préciser. Et de rappeler que ce genre de mesures n’est pas une première: "Par exemple, Chakib Khyari d’Al Hoceima a bénéficié d'un transfert de la prison de Meknès à Nador pour voir son père très malade, puis il a assisté à ses funérailles. Il y a eu aussi le cas de Zoubair Ben Saadoune, autorisé à assister aux funérailles de ses parents".

En citant ces exemples, l’avocat a tenu à souligner le cas particulier de Khalid Alioua. "Il a profité de la même mesure pour assister aux funérailles de sa mère. Ensuite, il n’est plus revenu à la prison", rappelle-t-il, confiant son espoir de voir son client El Mortada Iamrache profiter de cette liberté exceptionnelle "au moins jusqu'à ce que sa femme accouche" le mois prochain.

Exprimant sa certitude que son client a peut-être été "victime d'un règlement de compte", Me Sbai précise qu'El Mortada "n'a rien à voir avec le terrorisme" et qu'"il n'y est même pas prédisposé". "Nous espérons qu'à l'occasion de l'Aïd El Fitr, l'État fera un geste de clémence envers les détenus d'Al Hoceima", souhaite Me Sbai.

Seul membre du Hirak à avoir été poursuivi dans le cadre de la loi anti-terroriste, El Mortada est soupçonné d’"apologie au terrorisme".

Un autre de ses avocats, Mohamed Ziane, précise que ces poursuites ont été engagées suite à une conversation téléphonique et un commentaire sur Facebook. Le sujet de ce dernier serait lié à l’attentat dont a été victime l’ambassadeur russe en Turquie, au mois de décembre 2016. "El Mortada paie la volonté de l’État de se préserver du terrorisme", indique Me Ziane, précisant que l’audition de son client commencera dans une semaine. "Il encourt une peine de un à deux ans", dit-il.

En attendant, Me Ziane partage l’optimisme de son confrère. Il estime que cette autorisation est "un très bon signe".

LIRE AUSSI: