Maroc: La BCP lève son green bond en euros

Publication: Mis à jour:
BCP
DR
Imprimer

OBLIGATION VERTE - La Banque Centrale Populaire (BCP) a annoncé jeudi la souscription à son Green Bond par deux institutionnels internationaux, pour un montant total de 135 millions d'euros (1,5 milliard MAD) assorti d’une maturité de 10 ans.

L'émission de cette obligation verte en euro constitue une première dans le secteur bancaire africain. Elle est souscrite par IFC, membre du Groupe de la Banque mondiale, et Proparco, filiale de l'Agence française de développement (AFD) dédiée au secteur privé, pour des montants respectifs de 100 et de 35 millions d’euros.

La conformité du Green Bond BCP a été certifiée par Green Investment Bank (GIB), organisme de renommée internationale, souligne BCP dans un communiqué.

"Il s'agit d'une opération stratégique qui marque, d'une part, notre positionnement de banque pionnière en matière de financement de projets d'énergie renouvelable et qui, d'autre part, témoigne de la confiance dont jouit le Groupe BCP auprès des plus grandes institutions financières internationales", s'est félicité Abdeslam Bennani, directeur général adjoint en charge de la Banque d'investissement et de financement à la BCP, à l'issue de la signature des contrats de souscription.

Financer des projets verts

Les fonds levés à travers cette émission sont destinés à refinancer des projets d’énergie renouvelable marocains présentant des avantages environnementaux qui visent notamment à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

"L'objectif principal de cette opération est de créer un mécanisme de financement durable pour que les banques prennent en charge les investissements à long terme sur des actifs verts, en canalisant l'argent institutionnel privé vers la finance climatique via les marchés financiers", ont fait savoir, de leur côté, IFC et Proparco dans un communiqué conjoint. "Lutter contre le changement climatique est une priorité d’IFC dans la région et le Maroc est très actif dans ce domaine", a indiqué Mouayed Makhlouf, directeur d'IFC pour la région du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord.

Le financement devrait aider à économiser l’équivalent de 938.000 tonnes d’émissions de CO2 en moyenne, par an, ainsi que l'équivalent de 17,36 millions de tonnes de CO2 en économies de gaz à effet de serre sur le reste de la durée de vie des projets financés.

LIRE AUSSI: