Plan du gouvernement Tebboune : Les TIC pour renforcer la bonne gouvernance

Publication: Mis à jour:
ABDELMADJID TEBBOUNE
A picture taken on February 2, 2016 shows Abdelmadjid Tebboune during a meeting of the National Liberation Front (FLN) in Algeria.Algerian President Abdelaziz Bouteflika on May 24, 2017 appointed Abdelmadjid Tebboune as the country's new prime minister, replacing his confidant Abdelmalek Sellal in the wake of parliamentary elections. / AFP PHOTO / RYAD KRAMDI (Photo credit should read RYAD KRAMDI/AFP/Getty Images) | RYAD KRAMDI via Getty Images
Imprimer

Le gouvernement de Abdelmadjid Tebboune mise sur le secteur des Technologies de l’information et de la communication (TIC) pour renforcer la bonne gouvernance et contribuer davantage à l’économie du pays. Pour cela, un nouveau cadre juridique est prévu.

Dans le plan d’action du gouvernement Tebboune, adopté en Conseil des ministres et présenté mardi devant les députés de l’Assemblée populaire nationale (APN), le secteur des TIC est considéré comme "levier essentiel pour le développement d’une économie intégrée, ouverte et compétitive".

Le document dont une grande partie du chapitre "Renforcement de la bonne Gouvernance" a été consacrée aux nouvelles technologies et leurs usages, considère que le secteur devrait contribuer davantage au produit intérieur brut (PIB). Dans cette optique, il est prévu de fiscaliser le commerce électronique, bien que ce marché soit encore embryonnaire.

Le grand axe de la stratégie du gouvernement Tebboune demeure toutefois de poursuivre le projet de la généralisation de l’accès à Internet pour ensuite généraliser l'utilisation des nouvelles Technologies. "Dans le domaine des télécommunications, l'objectif est d'assurer la couverture numérique de l'ensemble du territoire, en développant l'accès au très haut débit à toutes les couches de la société, y compris dans les zones considérées non rentables", est-il écrit.

Le gouvernement poursuivra, en outre, la généralisation de l'usage des technologies de l'information et de la communication "par la promotion du contenu numérique et l'édification de la société de l'information, à travers le renforcement des capacités technologiques de notre pays, par la formation, la recherche-développement, l'innovation et le transfert technologique".

Les actions que le gouvernement compte mener dans ce secteur auront pour socle un nouveau cadre juridique et réglementaire. Ce qui, implicitement, préfigure une nouvelle loi qui devrait régir le secteur de l’économie numérique, après plusieurs années de retard. Dans ce sens, le document parle "d'orientations stratégiques, assises sur un cadre légal et réglementaire adéquat, en synchronisation avec les recommandations des institutions internationales".

Le gouvernement assure qu’il veillera dans ce cadre à élaborer et à mettre en œuvre des plans d'action adéquats, notamment pour "assurer le service universel, et garantir l'accès pour tous ; encourager le développement de fournisseurs de services locaux, afin de dynamiser la création du contenu et mettre en place les mécanismes de facilitation de l'introduction des usages des TIC dans les secteurs économiques". En somme, il reprend l’exposé des motifs de l’avant projet de loi sur les communications numériques dont de larges extraits avaient été relayés par la presse nationale.

Des self-services au sein des services administratifs

En matière de développement des TIC et d'édification de la société de l'information, il sera procédé, selon le document, à la "mise à niveau des programmes de prévention des risques, pour renforcer la sécurisation des infrastructures et des réseaux de télécommunications ; l'élaboration d'une stratégie nationale en matière de sécurité des systèmes d'information ; la poursuite de la mise en œuvre de la certification électronique et la mise en conformité des systèmes de paiement électronique, aux normes les plus rigoureuses en matière de sécurité".

Par ailleurs, le gouvernement mise beaucoup sur les nouvelles Technologies pour poursuivre la modernisation de l'administration publique et renforcement de la qualité du service public, qui a donné des résultats probants jusque-là.
Selon le plan d’actions, le gouvernement Tebboune s’engage à poursuivre la modernisation des titres d'identité et de circulation, et leur généralisation, notamment la carte nationale d'identité biométrique électronique, le permis de conduire biométrique électronique et la carte d'immatriculation électronique d'automobiles.

Il sera également procédé "à l'intégration des documents de circulation des personnes et des biens dans le cadre d'une nouvelle politique de prévention et de sécurité routière, basée sur les NTIC". Il est également prévu de lancer des prestations innovantes, telles que le self-service au sein des services administratifs à travers des bornes automatisées de distribution de documents administratifs et les prestations à distance utilisant les procédés de certification et de signature électroniques.

Le plan d’action du gouvernement, compte aussi mettre en service le projet "E- commune", dont la totalité de son périmètre de gestion sera informatisé. "Ainsi, la commune sera la cellule de base du projet de l'Administration électronique. Ce projet s'appuiera sur l'interconnexion de la commune à tous ses services et partenaires à travers des systèmes d'information intégrés. Il sera à la base d'un écosystème favorable à l'innovation et à la réalisation de "l'E-Administration", est-il précisé.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.