Les trois plages à éviter cet été au Maroc

Publication: Mis à jour:
BEACH
DR
Imprimer

PLAGES - Gare à la qualité des eaux de baignade sur les plages marocaines. Le secrétariat d’État chargé du Développement durable vient de livrer la nouvelle édition de son rapport national de surveillance de la qualité des eaux de baignade pour l'année 2017. Conclusion: la grande majorité des plages du royaume sont conformes à la baignade. Le taux de conformité au niveau national est de 97,9% cette année, contre seulement 72% en 2002.

Qualité microbiologique

Sur les 431 stations de plage étudiées, 421 ont été déclarées de "qualité microbiologique conforme aux exigences réglementaires pour la baignade selon la norme relative à la qualité des eaux de baignade NM 03.7.200", souligne le département de Nezha El Ouafi dans le rapport présenté mercredi, lors d'une conférence de presse à Rabat.

Ces stations sont réparties sur 161 plages couvrant neuf des 12 régions administratives du Maroc. En revanche, trois plages sont à bannir cet été, dont deux situées dans le nord du Maroc. Il s'agit de la plage Jbila III à Tanger et de la plage Miami à Larache. Dans la région de Casablanca, c'est la plage de Oued Merzeg qui est concernée, en particulier ses deux premières stations situées à l'entrée principale près de l'embouchure et à 200 mètres au nord de la station 1.

Des eaux usées rejetées en mer

Si presque la totalité des neuf stations de ces trois plages est déclarée non conforme pour la baignade cette saison, c'est parce qu'elle subissent des "rejets d’eaux usées et connaissent une forte concentration de baigneurs, conjuguées à l’insuffisance des infrastructures d’hygiène", explique le secrétariat d'Etat dans son rapport.

Pour y remédier, ce dernier a émis une série de recommandations, dont le traitement des eaux pluviales avant leur rejet en mer, la mise en place de mesures de résilience pour faire face aux impacts du changement climatique et la dépollution des cours d'eau. Le rapport recommande également de renforcer les infrastructures d’hygiènes dans les plages et de nettoyer le sable même en dehors de la période estivale.

Par ailleurs, ce rapport permettra de connaitre, dans les prochains jours, les meilleures plages du Maroc. Celles-ci sont annoncées chaque année par la Fondation Mohammed VI pour la protection de l'environnement, dans le cadre du programme "Plages propres" au terme duquel plusieurs plages sont labellisées "Pavillon bleu". En 2016, 22 plages avaient reçu cette distinction.

LIRE AUSSI: