Après les hommes d'affaires Fethi Jnayeh et Nejib Ismail, le promoteur immobilier Khaled Kobbi visé par un mandat de dépôt?

Publication: Mis à jour:
UNDER ARREST HANDCUFF
Matias Nieto/Cover/Getty Images
Imprimer

Le juge d’instruction près le pôle judicaire, économique et financier a émis des mandats de dépôt à l’encontre des hommes d'affaires Fethi Jnayeh et Nejib Ismail, annonce, jeudi, Sofiène Selliti, porte-parole du Tribunal de première instance de Tunis.

Le ministère public a également ordonné l’ouverture d’une information judicaire contre les deux accusés pour falsification, faux et usage de faux, importation de marchandises prohibées sans autorisation préalable, fausse déclaration de valeur et blanchiment d’argent.

Le ministère public près le pôle judiciaire économique et financier avait décidé, mardi dernier, de placer en garde à vue les hommes d'affaires Nejib Ismail et Fethi Jnayeh. Ces derniers sont soupçonnés d'avoir commis des crimes douaniers et financiers et blanchi de d'argent.

Par ailleurs, le juge d’instruction près le tribunal de première instance de la Manouba a émis, jeudi, un mandat de dépôt à l’encontre d’un homme d’affaire pour avoir versé des pots-de-vin à un ancien directeur de prison. Selon la radio Mosaïque FM, cette homme d'affaires serait le promoteur immobilier Khaled Kobbi, ce qu'aurait confirmé le porte-parile du tribunal de première instance de la Manouba à la radio Shems FM.

"La décision intervient en application de l’article 83 du Code pénal", précise le Tribunal dans un communiqué.

Un autre mandat de dépôt a été également émis à l’encontre d’un ancien directeur de prison pour "avoir bénéficié d’un avantage injustifié", lit-on dans le même communiqué.

Le ministre de l'Intérieur, Hedi Majdoub, avait fait état, début juin, de l’assignation à résidence de dix personnes en vertu de l’état d’urgence, en vigueur dans le pays depuis novembre 2015.

Nejib Ismail et Fethi Jnayeh figurent parmi les dix individus assignés à résidence.

Des arrestations ont touché, depuis le 23 mai dernier, plusieurs personnes suspectées de corruption, de contrebande et d'implication dans des réseaux de l'économie parallèle.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.