En Chine, la reconnaissance faciale sert à humilier publiquement les piétons indisciplinés

Publication: Mis à jour:
CHINE
AFP
Imprimer

Plusieurs villes chinoises ont décidé de sévir contre les piétons traversant hors des clous en utilisant une technique de reconnaissance faciale à base d'intelligence artificielle, afin d'identifier les fautifs et les soumettre à l'opprobre publique en affichant leurs photos sur des écrans, a annoncé ce mardi 20 juin un média d'Etat.

Cette technologie a déjà été utilisée en Chine par la chaîne de restauration rapide KFC pour anticiper les commandes des clients, ainsi que dans les toilettes publiques afin de lutter contre le vol de papier hygiénique.

Ce matériel va cette fois être utilisé dans des villes de quatre provinces du pays pour dissuader les piétons de traverser lorsque le feu est rouge, selon l'agence de presse Chine nouvelle.

Plus de 6000 cas de personnes traversant au rouge ont été recensés par ce dispositif depuis son déploiement début mai à Jinan, la capitale de la province de Shandong, dans l'est du pays.

Ce système de reconnaissance faciale prend des photos des contrevenants ainsi qu'une vidéo d'une quinzaine de secondes, qui s'affichent instantanément sur un écran afin de leur montrer qu'ils ont été pris, a précisé Xinhua.

L'adresse des contrevenant diffusée publiquement

Les clichés sont ensuite comparés à ceux enregistrés dans une base de données de la police de la province. "En moins de vingt minutes, la photo des contrevenants ainsi que des informations personnelles telles que leur numéro de carte d'identité et leur adresse s'affichent sur l'écran installé au carrefour", selon Chine nouvelle.

Les fautifs ont alors le choix entre payer une amende de trois dollars, un cours de code de la route d'une demi-heure ou bien prêter main forte aux policiers de la circulation durant 20 minutes.

"Le nombre de cas de piétons qui traversent en dehors des clous est passé de 200 à 20 par jour aux plus grands carrefours des routes de Jingshi et de Shungeng", a expliqué Li Yong, officier de police à Jinan, cité par Xinhua.

Début juin, les réseaux sociaux en Chine avaient largement relayé une vidéo dans laquelle une femme était percutée par un taxi sur un passage piéton, avant d'être écrasée par une voiture. Elle en est décédée.

Ces images avaient suscité l'indignation en raison de l'indifférence des piétons et conducteurs témoins de la scène, qui ne s'étaient pas arrêtés pour lui venir en aide.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

À lire aussi sur le HuffPost Maghreb

Close
La Chine inaugure un pont suspendu en verre pour le moins terrifiant
sur
Partager
Tweeter
PUBLICITÉ
Partager
fermer
Image affichée

Suggérer une correction