Vous avez chaud? Vous n'avez pourtant rien vu du côté des records de température

Publication: Mis à jour:
HEAT
Vous avez chaud? Vous n'avez pourtant rien vu | Tomwang112
Imprimer

MÉTÉO - Si c'est le moment de se partager les astuces pour s'hydrater et bien dormir, il faut pourtant s'estimer heureux. La Direction de la météorologie nationale annonce certes une vague de chaleur aujourd'hui et jusqu'à samedi dans plusieurs régions du royaume, avec des températures maximales pouvant atteindre 46 degrés, mais la chaleur pourrait être bien plus insupportable qu'à présent.

Quand on regarde en effet les températures les plus élevées enregistrées dans le monde, on se rend compte que le top 10 des pays ayant subi les plus grosses vagues de chaleur atteint voire dépasse les 50 degrés.

dr

États-Unis: Date : 10/07/1913, Température atteinte : 56,7 °C
Algérie: Date : 02/09/1979, Température atteinte : 51,30 °C
Tunisie: Date : 07/07/1931, Température atteinte : 55 °C
Iran: Date : 22/07/2016, Température atteinte : 53 °C
Irak: Date : 22/07/2016, Température atteinte : 53,90 °C
Arabie Saoudite: Date : 23/06/2010, Température atteinte : 52 °C
Pakistan: Date : 28/05/2017, Température atteinte : 53,5 °C
Inde: Date : 19/05/2016, Température atteinte : 51 °C.

Dans le classement très bien documenté de Wikipedia, on notera surtout que sur les 10 plus importantes températures enregistrées dans les différents pays de part le monde, quatre ont eu lieu en 2016. Et même trois rien qu'en juillet.

2016, année la plus chaude jamais enregistrée

Si tout ceci est alarmant, c'est également tout a fait logique. 2016 a été l'année la plus chaude jamais enregistrée depuis le début des relevés météorologiques modernes (fin du XIXe siècle). Ce graphique de l'agence américaine de l'environnement est assez parlant:

noaa

Il est encore plus parlant quand on se rappelle que 2015 était déjà l'année la plus chaude jamais enregistrée et que les premiers mois de 2017 commencent aussi sur les chapeau de roue.

Un réchauffement climatique qui ne s'arrêtera pas

Il y a deux raisons principales à ce phénomène. D'abord, le réchauffement climatique, évidemment. Mais il y a quelque chose de particulier avec 2016. Le courant chaud El Nino a eu pour effet une hausse des températures particulièrement importantes. Il a commencé en 2015 et a continué jusqu'en mai 2016.

Ensuite, un phénomène inverse de décrue des températures, appelé La Nina, a eu lieu. C'est un cycle assez classique. Mais si El Nino était cette fois très fort, La Nina qui l'a suivi a elle été de courte durée, rapporte Bloomberg. Du coup, les météorologues ont du mal à prédire ce qui va se passer dans les mois à venir. Il y a près d'une chance sur deux qu'un nouveau El Nino se forme d'ici la fin de l'année.

Mais que cet été soit caniculaire ou non, il faut bien comprendre que la Terre ne refroidit pas dans l'absolu et qu'un nouveau retour de bâton pourrait bien avoir lieu dans quelque années. Quoi qu'il arrive, les températures devraient continuer à grimper, avec des hauts et des bas en fonction des années, comme c'est déjà le cas depuis des décennies.

La faute au réchauffement climatique causé par l'homme, qu'a nié Donald Trump en prenant la décision de quitter l'Accord de Paris. Pour mieux visualiser la chose, le chercheur Ed Hawkings, climatologue à l'université de Reading, a créé un gif qui résume l'augmentation de la température depuis 1850 (date à partir de laquelle les relevés météorologiques mensuels sont effectués). L'animation, sous forme de spirale, est à la fois envoûtante et effrayante.

Le gif parle de lui-même: plus les cercles sont larges, plus la Terre se réchauffe. Il y a donc fort à parier que le record absolu de température de 56,7°C, dans la Vallée de la mort en Californie, qui date de 1913 finira par être battu.

LIRE AUSSI: