Aveugle, un journaliste de la BBC raconte son voyage à Marrakech

Publication: Mis à jour:
MARRAKESH
Aveugle, un journaliste de la BBC raconte son voyage à Marrakech | shutterstock
Imprimer

TOURISME - C'est une expérience radiophonique insolite que propose de faire vivre à ses auditeurs un journaliste de la BBC. Peter White, aveugle de naissance, vient de relancer son émission "Blind Man Roams the Globe" ("Homme aveugle parcourt le monde").

Mercredi 21 juin, le journaliste, qui s'est déjà rendu à Washington, Nairobi et Rio, a cette fois-ci raconté son voyage à Marrakech, "un mélange merveilleux d'ancien et de nouveau", explique-t-il dans une interview à Radio Times.

"Vous pouvez passer en quelques minutes des ruelles escarpées de la médina, une zone qui a peu changé depuis l'époque médiévale, aux grandes rues modernes de la zone commerciale de la ville", raconte-t-il.

Pour quelqu'un comme lui qui "dépend des sons pour vivre un endroit", une des expériences qui l'a marqué était un tour en calèche dans la ville. "J'ai découvert avec fascination que le 'clip-clop' des sabots de chevaux peut renseigner sur l'acoustique changeante de la ville", confie-t-il. "Non seulement il vous donne le sens de la largeur ou de l'étroitesse des rues où vous passez, mais aussi une impression sur la richesse et la taille des bâtiments".

peter white bbc

Un des autres sons qui a marqué le journaliste à Marrakech est le bruit incessant des milliers de motos qui traversent les allées sinueuses de la ville. "La seule raison pour laquelle il n'y a pas beaucoup d'accidents ne peut être que le manque de place pour rouler vraiment vite!", raconte-t-il.

Le journaliste, né en 1947, travaille depuis les années 70 à la BBC. S'il était déjà venu une fois au Maroc pour un voyage à Agadir, c'est la première fois qu'il se rendait dans la ville ocre, une ville "qui le fascinait". "Je suis un enfant des années 60, époque où Marrakech attirait de nombreux hippies et stars internationales comme les Rolling Stones", explique-t-il pendant l'émission.

Peter White raconte ainsi son expérience de la ville ocre à travers les appels à la prière qu'il entend ou les odeurs de nourriture et de fumées provenant des nombreux restaurants de la place Jemaa el Fna. Il a également pu rencontrer des guides marocains aveugles, pour comprendre comment eux arrivent à se déplacer dans la ville.

"Je suis habitué à voyager de façon indépendante au Royaume-Uni à l'aide d'une longue canne blanche et j'ai toujours cru que, paradoxalement, l'un des secrets de la véritable indépendance est de savoir quand demander de l'aide", explique-t-il à Radio Times. "Mais cela ne fonctionne que si j'ai des conversations authentiques avec de vraies personnes. Ce sont les barbiers, les barmaids, les commerçants et les marginaux à qui je veux parler".

LIRE AUSSI: Salim Ejnaini, cavalier non-voyant hors pair (PORTRAIT)