Washington "perplexe" concernant la position saoudienne sur le Qatar

Publication: Mis à jour:
QATAR
An Airbus A350 of Qatar Airlines lands at the Toulouse-Blaignac airport on June 16, 2017. / AFP PHOTO / REMY GABALDA (Photo credit should read REMY GABALDA/AFP/Getty Images) | REMY GABALDA via Getty Images
Imprimer

Les Etats-Unis sont "perplexes" face au manque d'explications apportées par l'Arabie saoudite et ses alliés du Golfe pour justifier l'isolement imposé au Qatar, a indiqué le département d'Etat mardi.

Signe de l'impatience croissante de Washington face au rôle joué par Ryad dans la crise, une porte-parole de la diplomatie américaine, Heather Nauert, a appelé les parties à régler leurs différends.

"Maintenant que cela fait plus de deux semaines depuis que le blocus a commencé, nous sommes perplexes face au fait que les Etats du Golfe n'aient pas donné au Qataris ni au public de précisions sur leurs accusations visant le Qatar", a-t-elle déclaré.

"Plus le temps passe, plus le doute s'épaissit à propos des actions entreprises par l'Arabie saoudite et les Emirats arabes unis", a-t-elle ajouté, visant directement ces deux proches alliés de Washington.

"A ce stade, nous faisons face à une question simple: est-ce que ces actions découlaient véritablement de leurs inquiétudes face au soutien présumé au terrorisme du Qatar?", a-t-elle asséné. "Ou est-ce qu'elles découlaient des griefs anciens entre les pays du GCC", le Conseil de coopération du Golfe, a ajouté la porte-parole.

L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn, l'Egypte et le Yémen ont depuis deux semaines rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, qu'ils accusent de "soutenir le terrorisme" et de se rapprocher de l'Iran, rival régional du royaume saoudien. Parmi ces pays, les alliés du Golfe ont fermé leurs frontières terrestres et maritimes avec le richissime émirat gazier et lui ont imposé de sévères restrictions aériennes.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.