Plus de 65 millions de personnes déracinées à travers le monde selon le HCR

Publication: Mis à jour:
SYRIAN BORDERS
A boy, who was injured during a bomb blast on a crowded Syrian bus convoy outside Aleppo on Saturday, sits inside a tent connected to Bab al-Hawa hospital, near the Syrian-Turkish border, Syria April 18, 2017. REUTERS/Ammar Abdullah | Ammar Abdullah / Reuters
Imprimer

RAPPORT - Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a enregistré, à la fin de l'année 2016, un total de 65,6 millions de personnes déracinées dans le monde, soit plus de 300.000 qu’en 2015. Un chiffre record jamais enregistré durant les sept dernières décennies, selon le rapport Global Trends publié lundi sur le site du HCR à l'occassion de la journée mondiale des réfugiés qui a lieu tous les 20 juin.

"Quel que soit l’angle sous lequel on l’examine, ce chiffre est inacceptable", a déclaré Filippo Grandi, le Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés.

Ces personnes ont été forcées de quitter leurs terres à cause de persécutions dans leurs pays, de conflits, de violence ou encore de violation des droits humains, explique le rapport.

La majorité d’entre elles (40,3 millions) se sont déplacées au sein de leur propre pays pour chercher plus de sécurité dans d’autres villes, alors que le reste sont soit des réfugiés qui ont traversé différentes frontières (22,5 millions) soit des demandeurs d’asile toujours en attente de protection. Plus de 75.000 de ces derniers sont des enfants. Comme pour les années précédentes, un déplacé sur deux a moins de 18 ans.

report

"Au cours de l’année dernière, une moyenne de 20 personnes ont été chassées de leurs foyers toutes les minutes, ce qui représente une personne toutes les trois secondes - moins de temps qu’il n’en faut pour lire cette phrase," prévient le HCR.

Cette croissance est due principalement au conflit syrien, selon le rapport, avec plus de 12 millions de personnes déracinées en 2016. La Syrie est aujourd’hui le seul pays où les déplacements forcés ont touché la majorité de la population: 650 personnes sur 1.000 sont déracinées.

Et si la Syrie connait le taux le plus élevé de personnes déracinées en 2016, d’autres pays ont également été affectés par ces déplacement forcés. Les Colombiens sont le deuxième groupe le plus large avec 7,7 millions de personnes déplacées, essentiellement au sein de leur pays, suivi par l’Afghanistan avec un total de 4,7 millions.

Les autres déplacements importants ont été enregistrés en Irak (4,2 millions), au Soudan du Sud (3,3 millions), au Soudan (2,9 millions), en République démocratique du Congo (2,9 millions), en Somalie (2,6 million), au Niger (2,5 millions), en Ukraine (2,1 millions) et enfin au Yémen (2,1millions).

rapport

La majorité des réfugiés (84%) se trouvent, selon le rapport, dans des pays en voie de développement. Pour la troisième année consécutive, la Turquie est le pays qui a recueilli le plus de réfugiés avec un total de 2,9 millions enregistrés au cours de l’année 2016, suivi par le Pakistan (1,4 millions), le Liban (1 million), l’Iran (979.400), l’Ouganda (940.800) et enfin l’Ethiopie (791.600).

En 2016, les 193 États membres des Nations unies ont signé la déclaration de New York pour les réfugiés et les migrants qui les engagent à investir davantage dans les communautés d'accueil de réfugiés et favoriser leur intégration sociale à travers l’emploi et l’éducation.

Au Maroc, le nombre de réfugiés a significativement augmenté en passant, selon le HCR, de 1.275 réfugiés en 2014 à 4.171 en 2016. Ces réfugiés sont majoritairement syriens et se trouvent principalement dans l’axe Casablanca-Rabat-Kénitra.

LIRE AUSSI: