Matchs de 60 minutes, carton rouge au coach... Florilège des règles de jeu en discussion à la FIFA

Publication: Mis à jour:
SOCCER REFEREE
Britain Soccer Football - Juventus v Real Madrid - UEFA Champions League Final - The National Stadium of Wales, Cardiff - June 3, 2017 Real Madrid's Toni Kroos is shown a yellow card by referee Felix Brych Reuters / Phil Noble Livepic | Reuters Staff / Reuters
Imprimer

FOOTBALL - Le football ne cesse d'évoluer, et depuis quelques jours, il semblerait que les choses s'activent au sein de la Fédération internationale de football association (FIFA). L'instance internationale du ballon rond dispose d'une filiale spécialement conçue dans le but de réinventer ce sport pour que le football soit en accord avec son temps.

Cette filiale, c'est l'International Football Association Board (IFAB), ou Conseil international du football association. Fondée en 1886, la structure réfléchit au développement du football et de son "fair play", et ce pour le compte de la FIFA, qui s'occupe de diffuser ces nouvelles règles au monde entier.

Le 15 juin, dernier, l'IFAB publiait son programme 2017-2022, comprenant de très nombreuses propositions de nouvelles règles, avec son lot de fantaisies.

Fort heureusement, toutes les propositions ne sont pas instaurées, mais cette année, il semblerait que les observateurs du football mondial comptent bien changer le football.

Le rapport est divisé en trois parties bien distinctes: "Améliorer le comportement des joueurs et développer le respect", "Optimisation du temps de jeu", et "Amélioration du fair-play et de l'attractivité". Pour chacune de ses sections, trois solutions: soit la proposition est applicable sans modifications des règles de jeu, soit elle est prête et devrait être prochainement testée, soit la proposition est encore au stade des discussions, donc encore loin d'être appliquée.

Voici un résumé des propositions les plus significatives. Alors tremblez les footeux, vous n'êtes pas au bout de vos surprises.

Les idées applicables:

NUMÉRO 1 : Le capitaine deviendrait le point de référence pour communiquer avec l'arbitre, il serait même le seul joueur autorisé à s'adresser verbalement à l'arbitre en cas de situation tendue.

NUMÉRO 2 : Optimisation du temps de jeu. L'arbitre aurait pour ordre de stopper sa montre à chaque arrêt de jeu, dans l'objectif de ne pas gâcher le temps de jeu, et ainsi définir un temps additionnel plus précis. L'horloge s'arrêterait donc à chaque fois que:

  • Un pénalty est tiré, du moins jusqu'à ce que le tireur ne touche le ballon.
  • Un but est inscrit, et ce jusqu'au coup d'envoi.
  • Un joueur se blesse, et ce jusqu'à ce que le jeu reprenne.
  • Un carton jaune ou rouge est distribué, et ce jusqu'à ce que le jeu reprenne.
  • Un remplacement est effectué.
  • Un coup franc est sifflé, et ce jusqu'à ce que le tireur ne touche le ballon.

Les idées prêtes à être testées:

NUMÉRO 1 : Cartons jaunes et rouges pour les coachs et le staff. Bien qu'il soit déjà possible d'envoyer un coach un peu trop sanguin dans les tribunes, l'IFAB se prépare donc à attribuer des cartons aux coachs et au staff. Il semblerait que bientôt, coach et joueurs soient mis sur le même piédestal en ce qui concerne le comportement à adopter sur le terrain, comme sur le banc.

NUMÉRO 2 : Les remplacements. Tout fan de football qui se respecte est déjà devenu fou en voyant un joueur de l'équipe adverse (qui le plus souvent est en train de mener au score), sortir tranquillement du terrain pour gagner du temps. Ce temps sera bientôt révolu! Car quand un joueur se blesse, il quitte le terrain par n'importe quel endroit, alors que le joueur remplacé, lui, doit forcément revenir sur la ligne de milieu de terrain pour se rendre sur le banc de touche. Cette idée de modification des règles consiste donc tout simplement à laisser sortir un joueur remplacé de la plus rapide des manières, à savoir en traversant la ligne de touche la plus proche de lui, pour ne plus se retrouver dans l'aire de jeu.

NUMÉRO 3 : Un nouveau système pour la séance des tirs aux buts. Jusqu'à maintenant, les tirs aux buts s'effectuaient sous la forme "AB-AB", A et B étant les deux équipes. Pour faire simple, c'est un tir par équipe. Mais l'IFAB a des doutes quant à l'égalité de cette technique. La filiale de la FIFA se demande si l'équipe qui tire en second n'est pas désavantagée par la pression procurée par l'équipe adverse. La nouvelle disposition consiste donc à adopter un format "AB-BA" dans les séances de tirs aux buts. Cette nouvelle manière de faire a du coup déjà été testée, notamment lors de l'Euro féminin des moins de 17 ans.

Les idées qui restent au stade de discussions

NUMÉRO 1 : La poignée de main d'avant-match. Si les 22 acteurs sont habitués à venir serrer la pince de monsieur l'arbitre en début de match, les entraineurs eux, restent dans leurs zones techniques. L'IFAB souhaiterait instaurer un court instant avant le match, qui occasionnerait une poignée de main entre les arbitres et les entraineurs. Même si ce procédé a déjà été observé, il ne s'agissait en aucun cas d'une obligation, mais d'un geste de fair-play. Le but dans cette proposition est de démocratiser le fair-play avec le corps arbitral.

NUMÉRO 2 : Le chrono s'arrête à chaque fois que la balle quitte l'aire de jeu. Les joueurs sont habitués à gagner du temps, encore plus quand la mi-temps ou la fin du match approche. Il serait donc obligatoire que le temps s'arrête à chaque arrêt de jeu, une manière pour l'IFAB d'optimiser au maximum le temps de jeu effectif. Car en réalité, avec les arrêts de jeu actuels, les pertes de temps etc, l'IFAB estime que les joueurs ne jouent en réalité que 30 minutes par période. Avec toutes les mesures évoquées dans le programme 2017-2022, il ne serait pas impossible de voir des discussions autour de la modification de la durée d'un match, pouvant ainsi passer 90 minutes (2X45 minutes), à 60 minutes (2X30 minutes).

NUMÉRO 3 : Se faire la passe à soi lors d'un coup franc, d'un corner, voire d'un pénalty. Ce qui encouragerait le tireur à pousser très légèrement la balle, et ainsi continuer ses dribbles et provocations. De quoi provoquer beaucoup plus d'occasions de buts lors des coups de pied arrêtés. C'est l'une des idées les plus farfelues de ce programme et pourtant, cette règle faisait partie des Lois du Jeu de 1863.

NUMÉRO 4 : La main. Ennemi juré du joueur de champ, et meilleur allié du gardien de but. Il semblerait que l'IFAB veuille également révolutionner le système de sanctions autour des mains. Et bien que de nombreuses propositions soient évoquées dans ce programme, la main est l'un des thèmes sur lequel l'IFAB a le plus de progrès à faire. "Un joueur qui marque délibérément un but avec la main est immédiatement sanctionné d'un carton rouge. Au même titre qu'un joueur de champ qui arrête un but avec les mains est immédiatement exclu de la partie. Un gardien de but qui reçoit à la main une passe de l'un de ses co-équipiers, est immédiatement sanctionné d'un pénalty, et non d'un coup franc indirect dans la surface, comme cela se fait aujourd'hui. Et si un joueur arrête délibérément un but avec ses mains, un but de pénalité serait immédiatement accordé à l'équipe victime de cette faute grave.

Si cette règle existait déjà, le Ghana aurait probablement accédé aux demies finales de la Coupe du monde 2010. Luis Suarez (attaquant) ne s'était pas gêné pour effectuer une véritable parade devant son propre but, utilisant à bon escient ses deux mains pour stopper le but ghanéen. La suite est d'autant plus tragique. Carton rouge logique pour Luis Suarez, pénalty pour le Ghana. Le Ghanéen Asamoah Gyan s'élance, et rate son tir au but. L'attaquant uruguayen posté sur le banc de touche explose de joie, sans doute l'une des scènes les plus injustes de ces dernières années.

LIRE AUSSI: