Lotfi Sidirahal, l'architecte franco-marocain doublement récompensé à l'UNESCO

Publication: Mis à jour:
LOTFI SIDIRAHAL
DR
Imprimer

ARCHITECTURE - L'architecte franco-marocain, Lotfi Sidirahal, fondateur de l'agence Atelier PoD, a remporté deux récompenses au siège de l’UNESCO à Paris lors du Prix de Versailles.

Ce prix prestigieux également connu sous le nom de Prix mondial d'architecture des hôtels, restaurants et magasins, à mis l'architecte franco-marocain à l'honneur pour l'Anantara Jabal Akhdar, dans le Sultanat d'Oman, élu meilleur hôtel en Afrique et Asie de l’ouest, ainsi que pour Villa Gapi de Casablanca qui a pour sa part reçu le prix du meilleur restaurant en Afrique et Asie de l’Ouest.

Un parcours impressionnant

À 38 ans seulement, Lotfi Sidirahal affiche un parcours des plus prometteurs. Né à Casablanca, il est diplômé de l’École Spéciale d’Architecture de Paris avant de fonder en 1999 l'Atelier PoD, une agence internationale d’architecture et de Design d’intérieur parisienne, également présente à Casablanca, Dubaï et Beyrouth. 3 ans plus tard, il est nominé aux "Premio Borromini Awards", l'équivalent des Oscars de l’architecture à Rome, parmi les "40 meilleurs architectes de moins de 40 ans", en suite les consécrations s'enchaînent. Également récompensé en avril 2015 aux "A' Design Awards" à Milan, où il obtient le trophée d’argent en Architecture. Initialement conçue comme un laboratoire d’expérimentations architecturales, l'audace des premiers projets de son agence, lui ont valu la reconnaissance de ses pairs. Il sera ainsi exposé dans plusieurs musées et centres d’art contemporain à travers le monde, de Monaco à Berlin, en passant par l'Autriche, Madrid, Boston ou encore Séoul.

Un édifice spectaculaire

Investir un point culminant à 2.400 mètres d’altitude sur un plateau montagneux du Sultanat d’Oman, et déployer 70% de sa périphérie aux flanc de la falaise, c'est le challenge incroyable qu'a relevé ce bâtisseur de l'extrême. À travers le projet hôtelier monumental d'Anantara Jabal Al Akhdar, Lotfi Sidirahal à su réaliser une prouesse architecturale impressionnante et créer une construction spectaculaire dans un environnement rude, faisant de cet hôtel le plus haut resort du Moyen-Orient. S'érigeant tel un mirage venu d'une autre dimension, cet hôtel à la limite du réel a nÉcessité un budget global de plus de 65 millions de dollars.

Une villa de caractère

Trônant sur le boulevard Franklin Roosevelt à Casablanca depuis 2015, la Villa Gapi a été imaginée comme une boîte à pâtisserie enveloppée par des rubans blancs qui se retournent. S'étalant sur 900 m² sur deux étages (509 m² de terrain), ce bâtiment en forme de cube en verre laisse transparaître par endroits des touches en Alucobond Bronze qui rappelle les couleurs de la marque, orange bronze et blanc. Outre le mur végétalisé, le sol en marbre ou encore les étonnantes courbes en fines lamelles de bois faisant office de sanitaires... l’élément le plus intéressant de ce bâtiment est sans aucun doute l'importance accordée à la recherche et innovation à travers les matériaux et les techniques utilisés. L’architecte a tenu à exploiter les matériaux jusqu’au bout de leurs possibilités, pour cela tout a été prototypé en partant du module en KRION, de l’agrafe qui le maintient à la structure, en passant par les meubles qui ont été réalisés en miniature. Le défi principal de la conception de cette villa était de mêler dans un espace aussi réduit tous les éléments de la maison mère : une pâtisserie avec ses ateliers, un salon de thé ainsi qu’un restaurant gastronomique avec ses cuisines.

villa gapi

villa gapi

LIRE AUSSI: