Hamma Hammami : "La coalition au pouvoir est incapable de traiter la situation difficile que connaît le pays"

Publication: Mis à jour:
HAMMA HAMMAMI
Tunisian leader of the Popular Front Party and presidential candidate, Hamma Hammami gives a speech during a campaign meeting on November 16, 2014 in the capital Tunis. A total of 27 candidates are set to compete for the role of president, with former prime minister Beji Caid Essebsi, 87, widely tipped as one of the frontrunners. AFP PHOTO / FETHI BELAID (Photo credit should read FETHI BELAID/AFP/Getty Images) | FETHI BELAID/AFP/Getty Images
Imprimer

Le porte-parole du Front populaire (FP), Hamma Hammami a estimé que la coalition au pouvoir est incapable de faire face et de traiter la situation difficile et détériorée dans laquelle se trouve le pays, une situation, a-t-il dit, marquée par la cherté de la vie et la hausse du chômage et de la corruption.

"La coalition au pouvoir ne cherche pas de solutions à ces problèmes car elle défend les intérêts de minorités corrompues qui ont profité de l'ancien régime et qui continuent encore à servir leurs intérêts étroits", a ajouté Hammami.

Le porte-parole du FP qui s'exprimait, samedi, lors d'un meeting, à Gafsa, a fait savoir que son parti avait proposé un ensemble de solutions permettant de surmonter la crise actuelle, notamment, la mobilisation de nouvelles ressources financières ainsi que la lutte contre la corruption, l'évasion fiscale, l'économie parallèle et les importations anarchiques.

Il a ajouté que les gouvernements successifs dont l'actuelle coalition au pouvoir ont tous refusé d'examiner les propositions proposées par son parti.

Evoquant la guerre contre la corruption proclamée par le gouvernement d'Union nationale, Hamma Hammami a déclaré que "pour combattre la corruption il faut remonter à la source".

Et d'ajouter que "la lutte anti-corruption requiert une stratégie nationale claire, une importante mobilisation sociétale, d'importants fonds, une révision des lois et une réforme de l'administration et des institutions de l'Etat.

Le FP préconise, aussi, selon Hammami, l'instauration d'un nouveau système de gouvernance et d'une nouvelle politique économique ainsi que l'organisation d'élections présidentielle et législatives précoces.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.