Malgré l'interdiction du ministère de l'Intérieur, la CDT maintient sa marche demain dans tout le Maroc

Publication: Mis à jour:
MOROCCO PROTEST
Protesters hold their phones as they shout slogans during a demonstration in the northern town of Al-Hoceima against official abuses and corruption, Morocco June 1, 2017. REUTERS/Youssef Boudlal TPX IMAGES OF THE DAY | Youssef Boudlal / Reuters
Imprimer

MANIFESTATION - "La marche aura lieu malgré l’interdiction". Allal Belarbi, membre du bureau exécutif de la Confédération démocratique du travail (CDT) ne laisse aucun doute sur la décision de la centrale syndicale d’organiser une marche demain, après la prière du Ichâ vers 22h. "Nous maintenons notre manifestation dans toutes les villes du Maroc où une marche avec des bougies devra avoir lieu", déclare Allal Belarbi au HuffPost Maroc.

Réunion d’urgence au bureau exécutif

Malgré les interdictions émises par les autorités locales de plusieurs préfectures, dont Ben Slimane, Marrakech et Khémissat, en réponse aux demandes d’autorisation des sections locales de la CDT, la centrale estime que cette manifestation relève de son droit. Après avoir tenu une réunion d’urgence, ce lundi au siège du syndicat à Casablanca, le bureau exécutif de la CDT a appelé ses sections locales concernées par les décisions d’interdiction (orales ou écrites) "à organiser des marches" et à "ne pas renoncer au droit de recourir à toutes les voies du militantisme exprimant les revendications de la CDT, tel que stipulé par la loi".

Pour le bureau exécutif de la centrale syndicale, la décision d’interdiction émises par des autorités locales est "une tentative de semer le trouble au sein de la mobilisation à laquelle ont adhéré les membres de la CDT dans toutes les sections locales et régionales". Et d’ajouter que ces "interdictions sont une violation de toutes lois et les usages" qu’il faut "dénoncer" par l’organisation de "nos marches".

Au-delà de la solidarité avec Al Hoceima

La marche aux bougies trouve ainsi dans ces interdictions locales l’argument de plus pour son maintien. "Nous n’avons rien reçu d’officiel. Aucune lettre du ministère de l’Intérieur qui nous interdit d’observer notre marche", tient à préciser au HuffPost Maroc, le secrétaire général adjoint de la CDT, Abdelkader Zaer. Et d’ajouter: "la loi et la constitution nous donnent le droit de manifester. Nous avons ainsi demandé à l’ensemble des sections de poursuivre leur travail pour tenir une marche pacifique et responsable".

La CDT y tient, non seulement pour exprimer sa solidarité avec Al Hoceima, mais aussi pour appeler à une réforme générale de la situation sociale et économique. "Le dialogue social, les réformes, les conditions de vie sociales et économiques, notre marche sera une sorte de point d’ordre symbolique pour attirer l’attention sur toute la situation sociale", précise Allal Belarbi. Et de souligner que le port des bougies n’est pas anodin : "Elles symbolisent l’espoir que nous souhaitons et l’optimisme que nous recherchons".

20 juin 1981

Plus de trente années après la grève générale du 20 juin 1981, cette nouvelle manifestation de la CDT se veut être aussi une commémoration comme l’indique le slogan de la marche "20 juin 1981, 20 juin 2017, militantisme continu pour la liberté, la démocratie, la justice et pour répondre aux revendications sociales". La grève générale du 20 juin 1981 organisée pour dénoncer la hausse des prix des denrées alimentaires, s'était transformée en drame. L'intervention musclée des forces de l'ordre avait fait une soixantaine de morts, tandis que plusieurs autres personnes avaient disparu laissant leurs familles dans l'attente de connaître un jour leur sort.

LIRE AUSSI: