Ces femmes qui prennent les armes contre Daech à Raqqa en Syrie (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

Un reportage exclusif de la chaîne de télévision publique française France 2 dans la ville de Raqqa en Syrie, libérée de Daech, a montré les stigmates d'une ville terrorisée par l'occupation de l'Etat Islamique.

Dans ces rues désertes, certaines familles tendent de sauver ce qu'il reste, en revenant dans leurs maisons situées dans les quartiers libérés, pour récupérer leurs affaires qui ont survécu aux ruines, d'autres racontent l'horreur qu'ils ont vécu sous le joug de Daech; décapitations, flagellation pour ne pas avoir respecté leurs codes, et des femmes sommées de ne pas sortir de leurs maisons ou réprimandées pour un voile qui ne cache pas assez les yeux.

Face à cette désolation et alors que la guerre est loin d'être finie, d'autres femmes filmées dans le reportage, sont sur le front pour combattre à côté de l'armée composée de kurdes et arabes contre Daech.

Parmi elles, Gine, une kurde de 23 ans et demie qui a pris les armes depuis quatre ans. L'air robuste, en pantalon militaire, la jeune femme explique à la journaliste de France 2 les dessous d'une lutte rude, montrant avec fierté, les preuves des victoires de l'armée; les cadavres des milices de Daech et son butin récupéré de l'EI, composé de munitions, grenades et mines.

Sillonnant la ville avec les autres combattants, la jeune femme se montre ferme, rappelle à l'ordre un combattant nonchalant. Gine reste en effet sur qui-vive, détectant avec prudence les moindres mouvements du camp ennemi, non encore totalement neutralisé.

LIRE AUSSI:
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.