"ELBAZAR des mamans": Un espace éphémère d'échange et de création centré sur la maternité (INTERVIEW)

Publication: Mis à jour:
BAZAR MAMANS
ELBAZAR DES MAMANS
Imprimer

Initié par Amel Gaaloul – co-fondatrice du marché de créateurs éphémère ELBAZAR – et Dora Ladjimi – fondatrice de La Bulle des mamans, structure d’accompagnement dédiée aux mamans – ELBAZAR des mamans est une expo-vente centrée sur la maternité.

L’événement met à l’honneur la famille autour des univers de la création mode et déco, du divertissement ou du bien-être. Des ateliers d’accompagnement à la naissance mais aussi ludiques et gourmands y sont proposés.

Consultante en communication, Amel Gaaloul est partie de l’idée de faire profiter de son savoir-faire aux artisans en les accompagnant dans la promotion de leur marque. Dora Ladjimi a, quant à elle, travaillé dans le marketing avant de lancer son projet d’accompagnement maternel à la naissance de sa fille. Elles conjuguent aujourd’hui leurs expériences au service d’ELBAZAR des mamans dont la 2ème édition se tiendra du 16 au 18 juin au Zéphyr, à La Marsa.

frf

Le HuffPost Tunisie est allé à la rencontre de ces deux jeunes mamans entrepreneuses :

HuffPost Tunisie: Comment est née l’idée d’ELBAZAR? Quel est son concept?

Amel Gaaloul : J’ai cofondé ELBAZAR avec mon amie Elodie Dessors qui vivait à l’époque en Tunisie. La 1ère édition a eu lieu en avril 2013, à La Galette à La Marsa. On a réuni une vingtaine de copains créateurs dont le travail était intéressant mais qui ne bénéficiaient pas d’une grande visibilité et qui n’avaient pas forcément de point de vente. L’idée était de leur donner, le temps d’une journée, l’occasion de rencontrer le public. À notre grande surprise, il y a eu un super écho, aussi bien auprès des créateurs que du public.

À peine six mois plus tard, nous avons lancé une 2ème édition à L’Agora. Les créateurs ont, à la suite de ces événements, non seulement très bien vendu, mais aussi été davantage sollicités.

Il y eu une 3ème édition à Sousse, on voulait innover changer un peu de La Marsa, c’était une édition nocturne, au bord de la plage.

vfvfg

Comment avez-vous eu l’idée de vous orienter vers la maternité?

Amel Gaaloul: Après cette édition à Sousse, ma collaboratrice Élodie est rentrée en France et je n’avais pas le cœur à continuer seule. J’ai par la suite rencontré Dora, à l’époque où j’étais enceinte de mon petit garçon, en participant à des ateliers d’accompagnement à l’accouchement, l’allaitement, etc. chez La Bulle des mamans dont elle est la fondatrice.

Dora Ladjimi: C’est un centre créé en 2012, qui accompagne les mamans pendant la grossesse et après l’accouchement en proposant des ateliers pratiques, psychologiques et physiques.

En Tunisie, il y a un manque d’accompagnement dans le domaine de la maternité et surtout un manque de conseil dans tout ce qui est service. J’ai donc proposé à Amel de faire un ELBAZAR autour de la famille et de la maternité.

vfv

Amel Gaaloul: Ça tombait plutôt bien car entre temps beaucoup de marchés similaires à ELBAZAR ont vu le jour et je n’avais pas envie de reproduire la même chose. Donc on a fait une 1ère édition d’ELBAZAR des mamans, qui est une contraction de nos deux entreprises, en septembre, dans le jardin de l’espace de coworking Cogite à Tunis. Ça a aussi fait un carton!

Il s’agit de la 2ème édition d’ELBAZAR des mamans, quelle est sa particularité?

Dora Ladjimi: Cette dernière édition est particulière, même par son lieu, elle se développera sur les trois étages du Zéphyr, en nocturne. C’est le centre commercial qui nous a contacté, qui a montré de l’intérêt pour les créateurs et les jeunes marques afin de se redynamiser.

Cette nouvelle édition est en intérieur, elle est plus grande, il y a plus d’ateliers pour enfants, de nouvelles marques.

Le concept ELBAZAR se déplace toujours dans un lieu différent. L’idée est aussi d’investir des lieux pour les faire découvrir aux gens et là, en l’occurrence, de faire redécouvrir le Zéphyr autrement.

Il y aura deux ateliers pour enfant par soir, un studio photo éphémère, du snacking…

bvv

Quel est le facteur commun à toutes les enseignes que vous proposez?

Dora Ladjimi: Les enseignes sont sélectionnées par nos soins. Le "made in Tunisia" est un critère mais il y a aussi des marques importées, par exemple, pour les soutiens-gorge d’allaitement, on a fait venir une marque allemande qui est représentée en Tunisie. Mais lorsque le produit existe localement, on privilégie toujours les marques tunisiennes.

Amel Gaaloul: Même lorsque ce sont des marques importées, on fait en sorte qu’elles aient un état d’esprit durable par exemple, qu’il y ait un concept intéressant derrière.

13e

Justement, comment définiriez-vous l’esprit ELBAZAR? Comment vous démarquez vous?

Amel Gaaloul: Par nos choix qui sont vraiment subjectifs à la fois au feeling et à la qualité du produit. On choisi vraiment ce qu’on trouve de meilleur en terme d’esthétique et de qualité, la démarche artistique est importante aussi.

On a la chance d’être très sollicitées par les créateurs, mais ils doivent aussi correspondre à notre esthétique et à notre état d’esprit. L’attitude du créateur est très importante car nous souhaitons entretenir un esprit de partage et de solidarité.

Il y a 30 exposants pour cette édition, c’est notre maximum on veut conserver ce côté intimiste.

vsf

Vous avez également lancé "L’After des mamans", de quoi s’agit-il?

Amel Gaaloul: L’After des mamans est pensé comme un apéro, un after work entre futures et jeunes mamans exclusivement. La 1ère et pour l’instant dernière édition s’est tenue à Dar El Marsa au mois d’avril, elle proposait notamment des séances d’introduction à l’allaitement, de préparation à l’accouchement, la respiration, la nutrition et une petite expo-vente avec quelques créateurs. L’idée est celle d’une soirée entre filles pendant laquelle tu apprends plein de choses, toujours de façon intimiste et axée sur le bien-être et la rencontre.

vxs

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.