Le gif a 30 ans, son histoire résumée en 30 gifs

Publication: Mis à jour:
Imprimer

TECHNO - Le 15 juin 1987, il y a 30 ans tout juste, CompuServe dévoilait un nouveau format de fichier d'image: le gif. Évidemment, à l'époque, la société ne pensait pas que ce bête système de compression permettant d'échanger des images par internet allait s'ériger en base de la culture web.

Pire: le Graphic Interchange Format n'était alors pas spécialement fait pour créer de courtes images animées en boucle. Cela n'était qu'une fonctionnalité secondaire. D'ailleurs, le premier gif de l'histoire du World Wide Web n'est autre que la première photo du web, publiée en 1992 (le premier tout court serait une photo d'avion, selon le créateur du format, mais elle n'a pas survécu au passage du temps).

A cause d'une sombre histoire de brevets, entre autres, les photos figées sont vite devenues des PNG et autre JPEG. Mais avec les débuts du web, le gif en tant qu'image animée fait sens. Ainsi, sur les premiers sites personnels, les premiers internautes s'échangent des petits dessins animés de flammes.

De drapeaux américains.


Placent des bannière "en construction".


Ou des liens magnifiques permettant de leur écrire instantanément même en se trouvant à des milliers de kilomètres.


La fin des années 90 et le tout début des années 2000 montrent même que le gif peut être le vecteur d'un phénomène encore difficile à cerner: le mème, ce running gag en image qui a forgé la culture web.

Ainsi, l'un des premiers phénomènes internet, populaire dès 1996 via des chaînes d'emails, est... un gif d'un bébé qui danse.


Pour être tout à fait honnête, le bébé Cha-Cha était avant tout un fichier 3D compliqué. Mais c'est justement l'intérêt du gif, il permet de partager très simplement n'importe quelle animation. Pareil pour la fameuse banane qui danse de 2002 (PBJT pour les intimes).


Mais petit à petit, le gif tend à se raréfier. Les animations bizarres ne sont plus à la mode du web 2.0. Il entame donc une lente descente aux enfers qui culmine (selon Google) fin 2010...


Pour ensuite renouer avec le succès que l'on connait.

Quelques années auparavant, à partir de 2007 avec la naissance de la plateforme de blog Tumblr, le gif a commencé à revenir sur le devant de la scène, de multiples manière.


A la même période, les artistes se mettent aussi à utiliser ce format, parfaitement illustré par les photographes Jamie Beck et Kevin Burg au début des années 2010, avec leur blog Cinemagraphs.


A partir de là, tout s'accélère. La multiplications des sites, outils et applications très simples pour transformer une série de photo ou une vidéo en gif, facilite son utilisation.

i could not stop laughing at this


On voit alors tout et n'importe quoi émerger.

My expectation when I click to see an Ameravape response....


Des gifs hypnotisants de cuisson de pizza...

... à ceux tout autant impressionnants d'usines en tout genre.

En passant bien sûr par les passages les plus improbables de vidéos virales


(avec beaucoup d'animaux, évidemment).


Mais aussi de l'actualité.


De films.


Voire de pubs.


A partir du début des années 2010 s'installe également la mode du "reaction gif", qui consiste à détourner une scène, souvent d'un film ou d'une série, pour commenter une tranche de vie apparemment sans rapport.


Un genre tellement répandu dans la culture populaire sur les réseaux sociaux qu'une exposition a même été organisée dans un musée new-yorkais. C'est évidemment les internautes (du site Reddit) qui ont aidé à définir ce qui faisait un bon "reaction gif".


Aujourd'hui, le gif n'a plus grand chose à voir avec ce qu'il était il y a 30 ans. C'est devenu un véritable business. Giphy, le moteur de recherche du gif intégré à la plupart des réseaux sociaux, est valorisé à plus de 600 millions de dollars.


Surtout, le gif n'en est aujourd'hui plus vraiment un.


La plupart des images animées en boucle que l'on voit sur les réseaux sociaux ne sont plus des fichiers au format ".gif". Ce sont en réalité des vidéos configurées de telles sortes à ce qu'elles se lisent automatiquement, en boucle et sans son.


L'intérêt: ce faux gif est bien plus léger et plus rapide à afficher. Impossible, sans cela, de mettre en scène de longues séquences d'un film ou d'une vidéo en HD.

Portal Racing!

Mais pourtant, le terme gif demeure. Car il ne désigne plus un format de fichier, mais un format tout court. Qui permet de partager tout et n'importe quoi.

2 Birds, 1 Almond.

Et qui atteint le summun de l'efficacité quand il se suffit à lui-même. Si l'on avait dit cela il y a 30 ans aux ingénieurs de CompuServe, on sait déjà quelle aurait été leur réaction.


Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.