Contrat d'armement de 12 milliards: Le Qatar n'en veut visiblement pas à Trump pour ses deux tweets

Publication: Mis à jour:
AZE
AFP
Imprimer

ARMÉE - Pas rancunier. Moins de dix jours après avoir été la cible des accusations du président américain Donald Trump, le Qatar vient de signer un chèque de 12 milliards de dollars pour l'achat de F-15, des avions de combat américains.

Le ministre américain de la Défense James Mattis et son homologue qatari Khalid Al-Attiyah ont conclu l'accord le 14 juin, a annoncé le Pentagone. La vente intervient dans une période de crise diplomatique régionale pour le Qatar, accusé par ses voisins, dont l'Arabie saoudite, de soutenir le terrorisme.

Avec ses alliés, l'Arabie saoudite a rompu le 5 juin ses relations diplomatiques en accusant Doha de "soutenir des organisations extrémistes" et de se rapprocher de l'Iran, grand rival des pétromonarchies sunnites de la région.

Lors de son premier déplacement à l'étranger fin mai en Arabie saoudite, le président Trump avait fait du combat contre l'extrémisme islamiste la priorité des priorités de Washington. "Chassez-les", avait-il lancé aux dirigeants d'une cinquantaine de pays arabes et musulmans.

Le 6 juin, de retour aux Etats-Unis, le président Trump s'est posé en sur Twitter en responsable de cette crise, apportant son soutien à la stratégie d'isolement.

"Pendant mon récent voyage au Moyen Orient j'ai déclaré qu'il ne pouvait plus y avoir de financement de l'Idéologie Radicale. Les dirigeants ont pointé le Qatar - regardez!"

"Quel plaisir de voir l'Arabie saoudite avec le Roi et 50 pays déjà volontaires. Ils disent qu'ils vont se montrer intraitable avec le financement..." "...de l'extrémisme, et tous pointent le Qatar. Peut-être le début de la fin de l'horreur terroriste!"

Finalement, ces joutes diplomatiques sont passées au second plan derrière ce gros contrat d'armement. "La vente de 12 milliards de dollars va donner au Qatar une technologie de pointe et augmenter la coopération sécuritaire (...) entre les Etats-Unis et le Qatar", a affirmé le ministère de la Défense dans un communiqué.

Les ministres de la Défense du Qatar et dex Etats-Unis ont également évoqué des questions de sécurité à cette occasion, dont la menace du groupe Etat islamique et "l'importance de désamorcer les tensions pour que tous les partenaires dans la région du Golfe puissent se concentrer sur les prochaines étapes pour atteindre (leurs) objectifs communs".

Le Pentagone n'a pas livré d'autre détails sur la vente qui, selon Bloomberg, concernerait 36 de ces appareils.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.