La HAICA ouvrira une enquête sur l'épisode aux deux milliards de Dlilek Mlak

Publication: Mis à jour:
AZA
Capture écran/Youtueb/Labess
Imprimer

La Haute Autorité Indépendante de la Communication Audiovisuelle (HAICA) a décidé d'ouvrir une enquête suite à l'épisode de "Dlilek Mlak" diffusé mardi sur la chaine El Hiwar Ettounsi au cours duquel une participante a gagné 2 millions de dinars, un record à la télévision tunisienne.

Intervenant sur la radio IFM Hichem Snoussi, membre de l'Instance, explique les raisons de cette enquête notamment par la possible interversion des émissions dans le but de susciter un plus gros gain: "Sur certaines images, on voit des gens qui ont normalement quitté l'émission mais qui sont encore présent" a-t-il indiqué affirmant collaborer avec l'Instance nationale des télécommunications à propos des SMS envoyés aux clients des opérateurs mobiles les incitant à jouer affirmant que "cette campagne a dépassé les limites".

"Les jeux de hasard, sont censés -légalement- être interdits, mais on se dit que face à la crise économique et financière actuelle on peut l'accepter car ça peut-être une source de financement (pour les chaines); mais de là à ce que le financement devienne un objectif à travers la publicité, les SMS..." a ajouté Hichem Snoussi.

Pour lui, la publicité et les SMS sont censés être des moyens et pas des fins: "Ce sont des moyens qui aident à créer un concept, alors que maintenant le concept est créé sur mesure pour la publicité" regrette Hichem Snoussi.

Mardi, la candidate de Ben Arous a gagné 2 millions de dinars lors de l'émission "Dlilel Mlak", établissant un nouveau record à la télévision tunisienne.

Quelques jours plus tôt, plusieurs médias ont annoncé qu'une candidate gagnerait cette somme. La chaine qui diffuse l'émission a même fait un "teasing" sur cet épisode.

La Haute Autorité Indépendante de la Communication Audiovisuelle (HAICA) est une instance chargée de la régulation audiovisuel en Tunisie. Dotée de pouvoirs réglementaires, elle peut prendre des sanctions comme la suspension d'une émission ou encore le paiement d'une amende.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.