Bouchra Baibanou: "Je n'étais ni inquiète ni stressée lors de mon ascension de l'Everest" (VIDÉO)

Publication: Mis à jour:
Imprimer

AVENTURE - Elle s’était fixée pour objectif d’atteindre le sommet du monde et elle a réussi. Le 21 mai à 9h du matin et après une nuit tourmentée, l’alpiniste Bouchra Baibanou brandit fièrement le drapeau marocain au pic de l’Everest devenant ainsi la première femme marocaine a avoir gravi les 8.848 mètres de ce mont.

“Je n’étais ni inquiète ni stressée lors de cette expérience,” dit l’alpiniste lors d’une conférence de presse organisée mardi 13 juin au Club du ministère de l’Équipement et du Transport. “Chaque soir, j’essayais de me visualiser au sommet et je me disais que ma destinée était dans les mains de Dieu.”

Bourchra Baibanou raconte aussi que les encouragements et les prières en commentaire sur sa page Facebook de ses 36.000 fans l’ont beaucoup aidée à ne pas baisser les bras. À chaque jalon dans son ascension de l’Everest, Bouchra Baibanou n’oubliait pas de partager des photos des paysages époustouflants qu'elle traversait et des vidéos pour rassurer ses abonnés et ses proches.

Le trajet a duré près de deux mois, mais cette fonctionnaire au sein du ministère de l’Équipement et du Transport n’était pas seule: neuf autres aventuriers de différentes nationalités étaient venus relever le défi.

“C’était aussi une occasion d’échange", continue l'ingénieur d'État. "Dans mon groupe, il y avait un Norvégien, un Bulgare, un Russe, un Roumain, un Américain… Ils étaient devenus ma nouvelle famille pour ces deux mois et on essayait de se motiver mutuellement.”

Son périple sur l’Everest fait partie de son projet des sept sommets qui a commencé en 2011 et qui consiste à gravir la plus haute montagne de chaque continent. Bouchra Baibanou a donc déjà atteint le sommet du Kilimandjaro, de l’Elbrus, du Denali et bien d’autres mais ne compte pas pour autant se reposer sur ses lauriers puisqu’il lui reste encore un sommet à gravir. Pour clôturer ce projet de vie, l’alpiniste prévoit donc de s'attaquer au Mont Vinson, le point culminant de l’Antarctique, vers la fin de l’année 2017.

LIRE AUSSI: