Lutte antiterroriste: "157 associations" ayant des liens avec le terrorisme bientôt sanctionnées

Publication: Mis à jour:
POLICE TUNISIE
ASSOCIATED PRESS
Imprimer

De nombreuses associations, ayant des liens avec le terrorisme seraient actuellement dans le viseur du ministère de l'Intérieur a affirmé au HuffPost Tunisie, une source officielle affirmant que des sanctions seront prises contre elles selon la loi d'état d'urgence.

"157 associations en rapport avec le terrorisme sont entre les mains du ministre de l'Intérieur, après des investigations poussées. Des sanctions seront prises très bientôt selon la loi instituant la loi d'état d'urgence" a indiqué la même source au HuffPost Tunisie.

Le gouvernement tunisien a urgé, lundi, les ONG actives dans le pays à se conformer à la loi en communiquant leurs financements étrangers dans un délai d'un mois conformément au décret-loi de septembre 2011 sur la liberté d'association.

Mercredi, la présidence de la République a annoncé avoir prolongé l'état d'urgence de 4 mois. En vigueur depuis un an et demi, celui-ci octroie des pouvoirs exceptionnels aux forces de l'ordre.

Récemment, plusieurs hommes d'affaires soupçonnés de corruption, dont Chafik Jarraya et Yassine Channoufi, ont été arrêtés à travers l'application de cette loi.

En avril 2016, Kamel Jendoubi, ministre chargé des Relations avec les Instances constitutionnelles et la société civile de l'époque, avait déjà déclaré que le gouvernement suspecte a minima 157 associations d'être en relation avec des organisations terroristes.

Il a ajouté que l'activité de certaines associations avait été suspendue et que les autres restaient surveillées par l'exécutif.

Ce chiffre a également été confirmé par l'actuel ministre chargé des Relations avec la société civile, Mehdi Ben Gharbia qui avait annoncé lors d'une plénière le 22 novembre 2016 que 157 associations ont été classées terroristes en se basant sur "leurs activités et sur leurs membres". Il avait en outre ajouté que des poursuites judiciaires avaient été engagées contre 84 associations.

Selon une étude de l'Association tunisienne de gouvernance réalisée en 2014, 33% de la totalité des associations n'ont pas adhéré au régime fiscal ou n'ont pas effectué une déclaration d'existence. À l'époque, sur 17.000 associations, seulement 500 ont informé la présidence du Gouvernement de leurs états financiers et leurs financements étrangers.

En juillet 2014, le chef du gouvernement de technocrates, Mehdi Jomaâ annonçait la suspension des activités de 157 associations suspectées d'avoir des liens avec des organisations terroristes.

Cependant, l'utilisation de la loi n°52 du 13 juin 1975 donnant un pouvoir discrétionnaire au gouverneur avait créé un tollé, cette loi -souvent utilisée par le régime de Ben Ali- ayant été jugée liberticide par de nombreuses ONG et contraire au décret loi n°2011-88 du 24 Septembre 2011 relatif aux associations.

La Tunisie compte aujourd'hui officiellement près de 18.000 associations.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.