Hocine Rizou va reprendre son poste à Naftal, la vidéo à caractère sexuel "montée"

Publication: Mis à jour:
NAFTAL
DR
Imprimer

Hocine Rizou devrait bientôt reprendre son poste à la tête de Naftal. Dans une déclaration au quotidien arabophone Echorouk, l'ex-PDG, limogé mercredi 31 mai 2017 selon un communiqué de cette société suite à une polémique le ciblant, a annoncé son retour "dès la semaine prochaine".

M. Rizou a affirmé que la vidéo à caractère sexuel présumée compromettante à son encontre est "montée", selon les résultats d'une enquête menée par l'Institut national de criminalistique et de criminologie (INCC) de Bouchaoui. Une dizaine de personnes de l'entourage de l'ex-PDG de Naftal sont également accusés par le juge d'instruction au tribunal de Chéraga de diffamation.

Hocine Rizou a été au coeur d'une polémique durant la dernière semaine du mois de mai, après la diffusion sur les réseaux sociaux d'une vidéo à caractère sexuel prétendument compromettante à son égard. Des employés de cette société à Chéraga ont par la suite manifesté pour demander son limogeage.

La Direction générale a vite rejeté les faits, affirmant dans un communiqué que les personnes présentes dans la vidéo "sont complètement étrangères" à Naftal. D'autres cadres affirmaient que le sit-in des employés étaient observés pour revendiquer des droits socio-professionnels, sans rapport avec le scandale touchant leur P-DG.

Ce dernier, ayant fini par subir une crise cardiaque, a tout de même été limogé à en croire un communiqué de Naftal, remplacé par Rachid Nadil, alors directeur central des finances de l'entreprise.

La vidéo est falsifiée selon les résultats de l'enquête de l'INCC de Bouchaoui et Hocine Rizou, finalement "en congé maladie" depuis cet incident, devrait reprendre son poste dès la semaine prochaine. La procédure devait se dérouler cette semaine mais son médecin a préféré lui prolonger son "congé", explique-t-il au quotidien Echorouk.

Ces résultats ont été transmis au juge d'instruction du tribunal de Chéraga, qui a accusé une dizaine de personnes, dont des cadres proches du P-DG, de diffamation et calomnies.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.