Aïcha Ech-Chenna touchée par la reconnaissance de son travail, salué par le prix international Monte-Carlo Femme de l'Année

Publication: Mis à jour:
PRIX MONTE CARLO
Les trois femmes de l'année 2017 distinguées par le prix Monte-Carlo | PRIX MONTE CARLO/FACEBOOK
Imprimer

DISTINCTION - Jeudi 8 juin, Aïcha Ech-Chenna, créatrice de l'association Solidarité féminine et militante des droits humains au Maroc, a reçu un prix international: le prix Monte-Carlo qui récompense les femmes de l'année.

Pour la sixième édition du prix Monte-Carlo, le thème choisi était "Femmes pour les femmes": ces femmes qui défendent les droits des femmes. Aïcha Ech-Chenna a donc naturellement reçu le prix international pour le combat qu'elle a mené toute sa vie auprès des mères célibataires, à travers son association Solidarité féminine.

"Je suis très contente d'avoir reçu ce prix. C'est très important, très symbolique. Ça montre que mon oeuvre a un impact humain et international, qu'il y a une reconnaissance et qu'on peut envisager d'aller plus loin", confie au HuffPost Maroc Aïcha Ech-Chenna.

Si ce n'est pas le premier prix pour Aïcha Ech-Chenna, il n'en est pas moins important, surtout après l'entretien auquel elle a été récemment confrontée dans l'émission "Daribat Chouhra" (La rançon de la gloire), diffusée sur la nouvelle chaîne de télévision Télé Maroc. "Je me suis presque fait insultée, la présentatrice n'a pas arrêté de m'attaquer. Ça m'a fait mal au coeur mais heureusement, beaucoup de Marocains ont compris qu'elle allait trop loin et m'ont soutenue", souligne au HuffPost Maroc Aïcha Chenna.

Elle continuera à lutter pour les mamans, pour les mères célibataires. "Il y a encore beaucoup de travail. Grâce à ce prix international, le monde arabe va pouvoir voir ce qu'il reste à faire. Dans de nombreux pays, on "ramasse" les enfants dans la rue, comme si c'était des ordures. C'est inhumain, c'est odieux de parler des orphelins de cette façon."

Les deux autres femmes de l'année

À ses côtés, deux autres femmes ont reçu un prix. Sœur Anne-Marie Salomon a été distinguée par le prix Monte-Carlo Femme de l'Année Monaco. "Elle est religieuse, est diplômée en mathématiques et en physique et est également médecin. Elle travaille au Mali où elle a ouvert un hôpital nomade qui prend en charge 30.000 patients chaque année touchés par le sida, le paludisme, la lèpre ou la tuberculose. Elle aide à construire des écoles et à former des soignants et des sages-femmes", raconte Hello Monaco. "J'ai été impressionnée par cette femme", confie Aïcha Ech-Chenna, fascinée par le dévouement de cette dynamique octogénaire.

Le dernier prix, le Prix Monte-Carlo Femme de l'Année Spécial, a été remis à Michele Mitchell. Cette journaliste, auteure et cinéaste américaine a été la plus jeune femme responsable de la communication pour le Congrès américain. Elle a aussi été remarquée pour son travail d'enquête dans le documentaire "Haiti, Where has the money gone?", rapporte Hello Monaco.

Le Prix Monte-Carlo a été créé par Cinzia Sgambati-Colman, "journaliste, entrepreneur, mère et épouse qui a toujours essayé de maintenir l’équilibre parmi tous ses rôles" sous la présidence de la princesse Charlène de Monaco et le haut-patronage du prince Albert II de Monaco. "Le Prix est un hommage à ces femmes qui, en assumant un ou l’autre de ces rôles, sont parvenues à réaliser quelque chose de spécial qui a marqué leur vie ou celle des autres", expliquent les organisateurs sur leur site.

LIRE AUSSI: