Pétrole: l'OPEP prévoit la poursuite du rééquilibrage du marché durant le 2e semestre

Publication: Mis à jour:
OPEC
OPEC logo is seen at the OPEC headquarters in Vienna on May 24, 2017, on the eve of the Organization of the Petroleum Exporting Countries (OPEC) meeting. / AFP PHOTO / JOE KLAMAR (Photo credit should read JOE KLAMAR/AFP/Getty Images) | JOE KLAMAR via Getty Images
Imprimer

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) prévoit la poursuite de la baisse des stocks mondiaux de pétrole au deuxième semestre de 2017, signe du rééquilibrage en cours du marché pétrolier qui se fera, cependant, à un rythme plus lent que prévu, selon un rapport de l'organisation, rapporte l'APS.

Par rapport à leur moyenne sur cinq ans, les surplus de stocks commerciaux de l'OCDE, qui pèsent sur les cours de l'or noir, sont passés de 339 millions de barils (mb) en janvier à 251 mb en avril, a précisé l'OPEP dans son rapport pétrolier mensuel.

Elle a estimé que ce déclin devrait se poursuivre au second semestre, soutenu par la décision de l'organisation pétrolière et d'autres grands pays producteurs dont la Russie de prolonger jusqu'en mars 2018 leur accord de réduction de la production afin de soutenir des prix plombés depuis trois ans par une offre excédentaire.

"Ces tendances, combinées à une baisse régulière du pétrole stocké dans des unités flottantes, indique que le rééquilibrage du marché est en cours, quoique à un rythme plus lent", en raison notamment d'une hausse cette année de la production de brut outre-Atlantique, a souligné l'OPEP.

En 2017, les pays non membres de l'OPEP devraient pomper 58,14 millions de barils par jour (mbj), soit 0,84 mbj de plus que l'année précédente, qui avait été marquée par une contraction (-0,71 mbj à 57,30 mbj).

Cette prévision a toutefois été révisée en légère baisse (-0,11 mbj) depuis le précédent rapport de l'OPEP publié en mai, affectée par une baisse de régime en Russie, au Kazakhstan ou encore aux Etats-Unis.

Au total, la production mondiale de pétrole s'est élevée à 95,74 mbj en mai, en hausse de 0,13 mbj par rapport à avril et de 1,48 mbj sur un an, selon l'organisation pétrolière.

Quant à la demande mondiale d'or noir, elle devrait progresser de 1,27 mbj à 96,38 mbj cette année, soutenue notamment par une croissance économique légèrement relevée à 3,4% (contre 3,3% précédemment).

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.