Israël ne fournira plus que deux heures d'électricité par jour à Gaza

Publication: Mis à jour:
ELECTRICITY GAZA
MAHMUD HAMS via Getty Images
Imprimer

Israël va réduire la fourniture d'électricité à la bande de Gaza, qui est déjà en proie à une sévère pénurie de courant, a confirmé lundi 12 juin le ministre de la Sécurité intérieure israélienne Gilad Erdan.

Une réduction de la livraison de courant aux deux millions de Gazaouis vivant reclus dans la bande de Gaza fait craindre de nouvelles tensions dans l'enclave où Israël a mené trois guerres depuis 2008.

Le gouvernement israélien réuni en format restreint a décidé dimanche soir de réduire de trois quarts d'heure l'approvisionnement quotidien en courant de la bande de Gaza, dont les habitants ne reçoivent au mieux que trois ou quatre heures d'électricité publique par jour, a rapporté la presse israélienne.

Un porte-parole du gouvernement israélien interrogé par l'AFP a dit ne pouvoir s'exprimer sur les décisions du cabinet de sécurité. Mais le ministre de la Sécurité intérieure, membre de ce cabinet, a confirmé l'information sur la radio militaire en l'expliquant par les dissensions entre Palestiniens.

C'est l'Autorité palestinienne de Mahmoud Abbas, rivale du Hamas, qui a décidé de "réduire de façon significative" les paiements qu'elle effectue à Israël pour l'électricité que ce dernier livre à Gaza, a-t-il dit. "Il serait illogique qu'Israël paye une partie de la facture", a-t-il dit.

Le Hamas avait remporté les élections dans la bande de Gaza en 2007 avant que l'enclave ne soit négligé par l'autorité à Ramallah. Censée préfigurer le gouvernement d'un futur Etat palestinien, l'Autorité palestinienne n'exerce plus ses prérogatives qu'en Cisjordanie occupée, séparée de la bande de Gaza par d'autres territoires occupés. Toutes les tentatives de réconciliation ont échoué. Mais l'Autorité continue à payer le courant fourni par Israël aux Gazaouis.

Dans un contexte de crise humanitaire et de marasme économique permanents, l'alimentation en électricité est une préoccupation primordiale dans le territoire en bordure du désert, a fortiori en plein ramadan et à l'approche de l'été.

Interrogé sur le risque que la pénurie d'électricité ne provoque une nouvelle confrontation avec Israël, M. Erdan s'est voulu rassurant. "Il n'est pas sûr que cela provoque un affrontement militaire, il se peut que les Palestiniens commencent à comprendre la catastrophe que représente pour eux le Hamas", a-t-il dit.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.