La tentative d'immolation devant le domicile d'El Othmani serait une intox

Publication: Mis à jour:
EL OTHMANI
Youssef Boudlal / Reuters
Imprimer

DÉMENTI - Le département du chef du gouvernement a démenti une information publiée par un journal marocain sous le titre "Un jeune tente de se suicider en s’immolant au domicile de El Othmani", affirmant que cette information "comporte des données et des faits mensongers et sans fondement".

Dans une mise au point parvenue à la MAP, le département du chef du gouvernement a indiqué que "cette information est illustrée de la photo d’une personne s’immolant par le feu pour faire croire au lecteur qu’il s’agit de la personne qui (...) observait le domicile du chef du gouvernement à Hay Essalam à Salé et a tenté de s’immoler par le feu".

L’article en question comporte également "des informations biaisées au sujet d’un état d’alerte des différents appareils sécuritaires dont la police judiciaire, la sûreté publique, les renseignements généraux, les brigades de motards, la Direction de surveillance du territoire national, ainsi que la mobilisation d’ambulances, en prétendant que les différents appareils sécuritaires ont encerclé le domicile du chef du gouvernement et mis en place une surveillance rapprochée".

Le département de Saad Eddine El Othmani a affirmé que "cette information est infondée aussi bien en ce qui concerne la tentative d’immolation d’une personne devant le domicile du chef du gouvernement, que la tentative de faire irruption dans son domicile, ou encore l’intervention des différents appareils sécuritaires pour encercler ledit domicile et la mise en place d’une surveillance rapprochée de manière à faire croire qu’un état d’alerte ou d’exception a été instauré".

La même source tient à préciser que "la situation était normale autour du domicile où réside le chef du gouvernement à Salé à l’exception des mesures de routine qu’impose sa fonction comme cela est d’usage".

Le département du chef du gouvernement "déplore la publication de ce genre d’informations infondées et qui ne respectent pas les critères de crédibilité et de déontologie".

LIRE AUSSI: