Comment un canard gonflable est devenu le symbole des manifestations anti-Poutine

Publication: Mis à jour:
Imprimer

RUSSIE - Un dirigeant autoritaire et inflexible face à un animal en plastique. Voici l'un des symboles qui peuvent servir à résumer la journée de mobilisation du 12 juin en Russie. De nombreux opposants, et notamment les jeunes qui n'ont connu que Vladimir Poutine au pouvoir dans leur vie, qu'il ait été président ou Premier ministre, ont ainsi défilé aux quatre coins du pays.

L'objet de leurs revendications: le pouvoir autocratique de Poutine et de ses proches et la trop grande corruption dans la Fédération. Et c'est justement pour cela qu'un canard gonflable géant a été aperçu dans le cortège moscovite, comme le montre notre vidéo en tête d'article, manière trouvée par les protestataires pour représenter l'immense volière qui aurait été construite au milieu de sa propriété par Dmitri Medvedev, le Premier ministre russe.

Le symbole n'a d'ailleurs pas du tout plu aux autorités en charge d'encadrer la manifestation. Après quelques minutes pendant lesquelles les manifestants ont joué avec l'animal en plastique, des policiers l'ont effectivement rapidement confisqué alors que retentissaient des "Poutine, voleur" et autres "La Russie sans Poutine".

Les manifestations du 12 juin ont par ailleurs donné lieu à plus de 1500 interpellations, à commencer par le célèbre opposant Alexeï Navalny et ses comparses, condamnés à 30 jours de prison. Les autorités ont justifié cette peine en expliquant que les contestataires avaient appelé aux mouvements qui ont fait descendre des milliers de Russes dans les rues, dans plusieurs grandes villes du pays, de Vladivostok à Kaliningrad. Fin mars, un large mouvement de contestation avait déjà eu lieu, voyant déjà l'apparition de petite figurines de canards dans les cortèges.

Reste désormais à savoir si le mouvement d'opposition à Vladimir Poutine et Dmitri Medvedev parviendra à se pérenniser, la très large majorité des Russes voyant encore et toujours en Vladimir Poutine le garant de la stabilité dans le pays.

LIRE AUSSI: