Rizlen Zouak, première combattante marocaine de MMA

Publication: Mis à jour:
RIZLEN
Rizlen Zouak/Facebook
Imprimer

ARTS MARTIAUX - La fureur de vaincre. C'est ce qui anime la jeune franco-marocaine Rizlen Zouak. Après avoir découvert le judo à l'âge de six ans, elle n'a jamais cessé d'améliorer ses performances en mettant la barre toujours plus haut.

Mais depuis décembre 2016, Rizlen Zouak s'est lancé un nouveau défi de taille, le MMA (Les arts martiaux mixtes). Son premier gros challenge? Affronter le 24 juin à Londres la championne du monde amateur et championne d'Europe amateur, la Britannique Leah Mc Court.

Rizlen Zouak combattra ainsi en cage, pour la première fois de sa carrière. En effet, il y a à peine six mois, la jeune franco-marocaine était encore judoka. Un changement de cap qu'elle qualifie elle-même de véritable opportunité. "C'est énorme que, pour un premier combat, je commence avec une grosse organisation comme le "Cage Warriors". L'objectif final reste de combattre dans l'UFC (la référence mondiale du MMA, ndlr). Je suis consciente qu'avec ce combat, je peux marquer les esprits", confie-t-elle au HuffPost Maroc.

Une reconversion éclair

Rizlen Zouak s'entraîne déjà depuis trois ans dans la salle MMA Factory située dans le 12e arrondissement de Paris. Cette salle jouit d'une excellente réputation dans le monde du MMA. De nombreux grands noms de ce sport se réunissent ici, chaque jour, pour parfaire leurs techniques de combat. "Je suis venue, pour la première fois à la MMA Factory il y a trois ans, pour parfaire ma préparation physique. Au fur et à mesure que je m'y rendais, j'observais les autres s'entraîner au MMA. Puis j'ai essayé, et j'ai tout de suite adhéré", explique-t-elle.

Après les JO, c'est l'univers MMA qu'elle découvre et adopte. Entraînée par Fernand Lopez, l'un des meilleurs combattants français, et par Christian Mpumbu, son coach personnel, lui aussi combattant récompensé à de nombreuses reprises, Rizlen Zouak dispose de tous les éléments pour améliorer ses performances. Et pourquoi pas, devenir un jour la référence mondiale du MMA féminin. "Je sais que la route sera longue, mais tout commencera par essayer de gagner ce premier combat", dit-elle confiante.

Développer ce sport au Maroc

Rizlen Zouak a participé à deux reprises aux Jeux Olympiques. À Londres en 2012, et à Rio de Janeiro en 2016, les deux fois sous les couleurs marocaines. Car après avoir passé 10 ans sous les couleurs de la France, la jeune sportive combat désormais pour le Maroc. Elle s'est d'ailleurs illustrée en devenant la première judoka marocaine à se qualifier et à représenter le Maroc aux JO 2012.

Depuis, Rizlen Zouak aspire à de nouveaux projets notamment celui de développer le MMA sur le sol marocain. "Il faut savoir que le Maroc a toujours eu un gros potentiel en ce qui concerne les sports de combat. C'est vrai que, pour l'instant, il n'y a pas de femmes dans cette discipline. Mais je suis persuadée que certaines Marocaines s'entraînent dans l'ombre. Je les vois sur Instagram: elles publient des photos d'elles à l'entraînement", constate-t-elle.

Alors pour les sortir de l'ombre, Rizlen Zouak est convaincue par son projet "d'ouvrir une structure au Maroc et de pouvoir représenter fièrement la femme marocaine dans le sport de haut niveau". Un challenge de plus pour cette jeune combattante qui allie ambition et volonté.

Que signifie l'appellation "MMA"?

MMA ou Mixed Martial Arts (Arts Martiaux Mixtes), c'est le nouveau sport de combat en vogue ces dernières années. Réputé pour être hyper violent, ce sport se pratique dans une cage, et tous les coups ou presque sont permis. Les seuls coups interdits se résument en trois points: pas de coups dans les parties génitales, interdiction de tirer les cheveux ou de mordre. Les coups de genoux, de coudes et de pieds au visage sont en revanche généralement permis.

LIRE AUSSI: