Le déficit commercial s'aggrave et s'établit à 6475,1 MD à fin mai 2017

Publication: Mis à jour:
TUNISIA PORT
Anis Mili / Reuters
Imprimer

Le déficit commercial s’est aggravé, à fin mai 2017, pour se situer au niveau de 6475,1 millions de dinars (MD), contre 5135,4 MD durant les cinq premiers mois de l’année écoulée, et ce, malgré l’accroissement des exportations, notamment celles du pétrole brut.

Partant le taux de couverture est passé de 69,5% en mai 2016 à 67,3% actuellement, et ce, malgré la légère amélioration enregistrée par rapport au quatre premiers mois de l’année en cours (66,4%).

Selon l’Institut National de la Statistique (INS), le déficit s'est aggravé, notamment, avec la Chine (-1 632,7MD), l’Italie (-925,9MD), la Turquie (-817,2 MD), la Russie (-612,9 MD) et l’Algérie (-74,9MD).

En revanche, le solde de la balance commerciale a enregistré un excédant avec d’autres pays principalement avec notre premier partenaire la France de 1 153,5 MD, la Libye de 331,4MD et la Royaume Uni de 126,5MD.

Le déficit de la balance commerciale hors énergie se limite à 4948,2 MD et le déficit de la balance énergétique s’est établi à 1526,9MD (23,6% du total du déficit) contre 1238,8 MD à fin mai 2016.

L’INS explique ce déficit, également, par la hausse des importations (+17,8% à 19 822,1 MD) à un rythme plus accéléré que celui des exportations (+14,2% à 13 347 MD).

L’accroissement remarquable des importations est due essentiellement à la hausse enregistrée au niveau des importations du secteur de l’énergie de 29,9%, sous l’effet de la hausse des achats de la Tunisie en pétrole brut (302,8 MD contre 191,3MD en mai 2016) et des produits raffinés (1 489,9 MD contre 825,9 MD).

Les importations du secteur des produits agricoles et alimentaires de base ont augmenté de 30,9%, du fait, de la hausse de nos achats en blé tendre (243,4 MD contre 150,6 MD), des matières premières et demi produits de 18,9%, des biens d’équipement de 8,6%.

Les importations des biens de consommation autres qu’alimentaires demeurent en hausse avec un taux de 23%, suite à l’augmentation des achats de voitures de tourisme de 5,9% (647,3 MD contre 611,2 MD) des huiles essentielles et parfumerie de 27% (152,8 MD contre 120,4 MD) et des ouvrages en plastiques de 17,3% (609,7 MD contre 519,6 MD). En revanche, les importations des mines, phosphates et dérivés ont baissé de 5,5%.

Pour ce qui est des exportations, l’augmentation observée est expliquée par l’accroissement des exportations tunisiennes en énergie de 46,3% (suite à l’augmentation de nos ventes du pétrole brut (566,2 MD contre 365,8 MD), en agriculture et industries agro-alimentaires de 10,8%, en industries mécaniques et électriques de 20,3%, en textile, habillement et cuirs de 10,5% et en industries manufacturières de 7,6%.

Les exportations du secteur des mines, phosphates et dérivés ont enregistré une baisse de 23%, suite à la diminution des exportations en acide phosphorique (159,9MD contre 286,8 MD).

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.