Ils voulaient immigrer vers l'Italie: 24 Tunisiens détenus en Libye rapatriés en Tunisie

Publication: Mis à jour:
MIGRANTS TUNISIA
ASSOCIATED PRESS
Imprimer

Les services du ministère des Affaires étrangères sont parvenus à rapatrier dimanche, 24 jeunes tunisiens retenus en Libye, après une tentative d’immigration clandestine vers l’Italie, a fait savoir le consul général de Tunisie à Tripoli, Taoufik Gasmi, devant l’Aéroport International de Tunis Carthage.

Le consul a précisé dans une déclaration aux médias, que les autorités italiennes ont procédé en coordination avec les gardes-côtes libyens, au barrage de la route devant ces immigrés clandestins, les a placés dans un centre de rétention pour immigrés illégaux à Tripoli depuis le 10 Mai jusqu’à ce jour.

Selon le responsable, les 24 jeunes avaient quitté légalement, la Tunisie, munis de leurs passeports, à travers le passage frontalier avec la Libye, Ras Jedir. Ils ont par la suite, rejoint un groupe de 650 immigrés clandestins à Sabrata, à l’ouest de Tripoli, et pris le large, dans la nuit du 9 au 10 mai, vers les côtes italiennes.

Sans autorisation officielle, les journalistes présents ont été empêchés de photographier et de filmer à l’intérieur de l’aéroport, ou d’entrer en contact avec le groupe de clandestins, jusqu’à ce que les procédures sécuritaires et les recherches de leurs identités soient achevées et l’existence ou non de de poursuites judiciaires à leur encontre, vérifiée.

Le nombre d’émigrés clandestins tunisiens a atteint entre 22 et 25 mille, durant les années post-révolution, avait déclaré le secrétaire d’Etat à la Migration Radhouane Ayara fin 2016.

Le gouvernement a pu réduire ce flux à 800, depuis une année ou deux, grâce à la coopération avec les pays voisins, dit-il estimant toutefois que ce nombre reste élevé.

La Tunisie a mis en échec "113 tentatives d'immigration clandestine" en 2016, effectuées pour la plupart depuis la Libye voisine, et interpellé plus d'un millier de personnes, a indiqué pour sa part le chef de la Garde nationale Lotfi Brahem à l'AFP. Un chiffre alarmant donnant un ratio d'une tentative toute les 3 jours.

Selon l'ONU, plus de 5.000 personnes ont trouvé la mort l'an dernier en tentant de traverser la Méditerranée pour gagner l'Europe, pour la plupart depuis la Libye, pays où les réseaux de passeurs profitent du chaos politique et sécuritaire.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.