Crise du Golfe: Le Maroc disposé à favoriser "un dialogue franc et global"

Publication: Mis à jour:
MAEC_SIEGE
DR
Imprimer

CRISE DU GOLFE -"Le Maroc est disposé à offrir ses bons offices en vue de favoriser un dialogue franc et global, sur la base de la non-ingérence dans les affaires intérieures, la lutte contre l’extrémisme religieux, la clarté dans les positions et la loyauté dans les engagements". Ce qu'annonce le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale (MAECI) dans un communiqué publié ce dimanche.

Une déclaration qui intervient, près d'une semaine après la décision de cinq pays arabes de rompre leurs relations diplomatiques avec le Qatar. Une décision surprise et radicale que ces pays, Arabie Saoudite, Égypte, Émirats Arabes Unis, Bahreïn et Yémen, rejoints, par ailleurs, par les Maldives, ont justifié par "le rôle du Qatar dans le financement du terrorisme international".

Dans son communiqué, le MAECI explique que "depuis le déclenchement de cette crise, le roi Mohammed VI a maintenu un contact étroit et permanent avec les différentes parties", soulignant que le royaume "suit avec une grande préoccupation la détérioration, ces derniers jours, des relations entre l’Arabie Saoudite, les Emirats Arabes Unis, le Bahreïn, l’Egypte et d’autres pays arabes, d’un côté, et l’Etat du Qatar de l’autre".

Eviter "les prises de position hâtives"

Le communiqué souligne que le royaume du Maroc "a veillé à ne pas verser dans les déclarations publiques et les prises de position hâtives qui ne font que renforcer la discorde et approfondir les divergences". Et de préciser que cette volonté trouve son origine dans l'importance "des liens personnels solides de fraternité sincère et de considération mutuelle entre le roi Mohammed VI et ses frères rois et émirs des pays du Golfe" et tient compte "du partenariat stratégique singulier" liant les états du CCG et le Maroc .

En réaction à cette crise, le souverain "a appelé l’ensemble des parties à faire preuve de retenue et de sagesse afin de faire baisser la tension, dépasser cette crise et régler définitivement les causes qui y ont conduit, conformément à l’esprit qui a toujours prévalu au sein du CCG", précise le MAECI. Et d'ajouter que le Maroc, "fortement lié aux pays du Golfe dans tous les domaines, mais suffisamment éloigné géographiquement, se sent intimement concerné par cette crise, sans y être directement impliqué".

Le MAECI explique ainsi la volonté du Maroc de "privilégier une neutralité constructive, qui ne saurait le confiner à l’observation passive d’une escalade inquiétante entre des pays frères".

LIRE AUSSI:
  • L'Arabie Saoudite, l'Égypte, les Émirats Arabes Unis, Bahreïn et le Yemen rompent leurs relations diplomatiques avec le Qatar
  •