Archives détenues par l'Etat français: reprise des discussions entre l'Algérie et la France en septembre

Publication: Mis à jour:
MUSEUM PARIS SKULLS
TO GO WITH AFP STORY BY PASCALE MOLLARD A scientist of the Museum of Man (Musee de l'Homme) puts a box containing one of 18000 skulls back into a shelf at the vaults of the museum on August 27, 2015 in Paris. The museum will reopen its doors on October 17, 2015 after 6 years of construction works. AFP PHOTO / PATRICK KOVARIK (Photo credit should read PATRICK KOVARIK/AFP/Getty Images) | PATRICK KOVARIK via Getty Images
Imprimer

Les discussions engagées par l'Algérie pour la restitution des archives nationales détenues par la France devront reprendre dès septembre prochain, selon le Directeur général (DG) des Archives nationales. Intervenant à l'occasion de la Journée internationale des archives, Abdelmadjid Chikhi n'a pas manqué de pointer du doigt la "lenteur" de ces procédures, causée entre autres par le changement des dirigeants à la tête de la France.

M. Chikhi, cité par l'agence de presse officielle (APS), a expliqué que la récupération de "ce pan important de la mémoire collective des Algériens" est retardée par des procédures réglementaires "lentes" et le changement de responsables à la tête des institutions politiques françaises.

Le DG des Archives, rappelant que la première demande remonte à 1964, a affirmé que les autorités algériennes ont entrepris depuis cette date de nombreuses démarches pour restituer ces archives, "spoliées" ou "déplacées" par la France coloniale, "pendant et après l'indépendance".

Les discussions entre les deux pays autour de la récupération des archives, dossiers et restes des corps et ossements de révolutionnaires algériens se trouvant en France est gelée depuis le mois de mars 2017. Tayeb Zitouni, ministre des Moudjahidines, avait affirmé que "l’Algérie ne se taira pas et n’abandonnera pas les dossiers réclamés à la partie française", dont celui de la récupération des crânes de résistants algériens pour les inhumer en Algérie.

Il avait expliqué que cette affaire sera reprise à la fin des élections présidentielles françaises afin d’"éviter des manipulations du dossier par des hommes politiques français".

M. Zitouni avait également indiqué qu’une commission mixte algéro-française a été constituée pour débattre de "dossiers sérieux" entre les deux parties dont ceux des archives, des indemnités spécifiques au Sud algérien suite aux essais nucléaires et des disparus.

A propos du dossier des crânes de résistants algériens, le ministère français des Affaires étrangères a déclaré que "l'Algérie doit faire une demande officielle de restitution des crânes de résistants algériens tombés au début de la conquête coloniale française", affirmant que le dialogue entre les deux Etat se poursuivait "dans un climat de confiance".

Lors de cette rencontre de célébration de la Journée internationale des archives, une exposition regroupant des extraits de documents de différentes époques de l'histoire de l'Algérie et des photos a été dévoilée au public. La même source cite un extrait transcrit en arabe et en anglais du Traité de paix conclu avec la Hollande en mai 1760, et le Traité avec les Etats-Unis en 1775.

Des images retraçant les activités du Centre national des archives dont la collecte, le classement et la préservation des archives ainsi que des publications des archives nationales font partie de cette exposition, ouverte au public et qui se poursuit jusqu'à la fin juin à l'annexe du Centre des archives nationales.

LIRE AUSSI: L'Algérie obtient 600 documents datant de la présence ottomane dans une vente aux enchères à Toulouse

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.