Libye: un groupe armé dit avoir libéré le fils de Kadhafi Seif al-Islam

Publication: Mis à jour:
SAIF ALISLAM GADDAFI
Saif al-Islam Kadhafi, son of Libyan leader Moamer Kadhafi, appears in front of supporters and journalists at his father's residential complex in the Libyan capital Tripoli in the early hours of August 23, 2011. Seif al-Islam, wanted by the International Criminal Court for crimes against humanity and who ICC prosecutor Luis Moreno-Ocampo earlier said had been arrested by the rebels, claimed the insurgents had suffered 'heavy casualties' when they stormed Kadhafi's Bab al-Azizya compound in Tripo | IMED LAMLOUM via Getty Images
Imprimer

Un groupe armé libyen a affirmé samedi sur sa page Facebook avoir libéré le fils cadet du dirigeant libyen déchu Mouammar Kadhafi, Seif al-Islam, condamné à mort en Libye et qui fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI).

La "Brigade Abou Bakr al-Sadiq", l'un des groupes armés contrôlant la ville de Zenten (170 kilomètres au sud-ouest de Tripoli), a affirmé que Seif al-Islam a été libéré vendredi soir, "correspondant au 14 du mois de ramadan", en application d'une loi d'amnistie promulguée par le Parlement établi dans l'est du pays.

"Nous avons décidé de libérer M. Seif al-Islam Mouammar Kadhafi. Il est désormais libre et a quitté la ville de Zenten", a indiqué la brigade dans son communiqué.

Le fils de l'ex-dirigeant libyen fait l'objet d'un mandat d'arrêt de la CPI qui le rechercher pour des accusations de crimes contre l'humanité commis pendant les huit mois de révolte ayant conduit à la chute et la mort de son père Mouammar Kadhafi en 2011.

Les autorités libyennes et la CPI, basée à La Haye, se disputent le droit de le juger.

Il avait été condamné à mort en juillet 2015 par un tribunal de Tripoli pour son rôle dans la répression meurtrière de la révolte de 2011.

La même brigade de la ville de Zenten avait fait une annonce de libération similaire en juillet 2016, mais celle-ci avait été ensuite démentie par les autorités de la ville.

La Libye est en proie au chaos depuis la chute de Kadhafi et deux autorités rivales se disputent le pouvoir, soutenu par des alliances de diverses milices dont les loyautés peuvent fluctuer: le gouvernement d'union nationale (GNA) basé à Tripoli et une autorité basée dans l'est du pays.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.