L'un des auteurs de l'attentat de Londres, Youssef Zaghba, sera enterré au Maroc

Publication: Mis à jour:
ZAGHBA
L'un des auteurs de l'attentat de Londres, Youssef Zaghba, sera enterré au Maroc | DR
Imprimer

TERRORISME - L'un des trois terroristes impliqués dans l'attaque perpétrée à Londres samedi 3 juin sera enterré au Maroc. Selon la mère de Youssef Zaghba, italo-marocain de 22 ans, le corps de ce dernier sera rapatrié dans le pays de son père.

"Je ne veux pas voir son corps, c'est trop douloureux. (...) Je n'irai pas à Londres ni au Maroc, à Fès. Mon mari sera là-bas pour organiser l'enterrement", a-t-elle indiqué au quotidien italien Corriere di Bologna.

Le défunt est responsable de la mort de huit personnes: trois Français, deux Australiennes, un Britannique, une Canadienne et un Espagnol, tués dans l'attaque terroriste menée avec deux autres djihadistes sur le London Bridge et à Borough Market, dans la capitale britannique.

La mère de Youssef Zaghba, qui s'était déjà exprimée sur la radicalisation de son fils, a estimé que le refus de centaines d'imams britanniques d'enterrer le jeune homme en Grande-Bretagne est "une réaction juste".

"Je crois que ne pas célébrer de funérailles est juste. La prière traditionnelle qui accompagne le cadavre au cimetière ne sera pas récitée. Il y aura seulement la mise en terre, mais je ne serai pas là", a-t-elle indiqué. Selon le journal italien, on ne sait pas encore quand les autorités britanniques donneront leur accord pour renvoyer le corps au Maroc.

La mère demande par ailleurs aux autorités "de travailler ensemble pour sensibiliser nos jeunes, en particulier les enfants des familles immigrées, ceux de la deuxième génération nés ici". "Vous devez savoir que le réseaux djihadistes sont un abîme que nous ne devons pas approcher, sinon vous finissez comme Youssef. Nous devons bannir la radicalisation", a-t-elle ajouté.

Convertie à l'islam depuis 26 ans, sa mère, une Italienne aujourd'hui installée à Fagnano, près de Bologne, avait confié que "ni en Italie, ni au Maroc où il étudiait l'informatique à l'Université de Fès, (son fils) ne s'était laissé entraîner par quiconque". Selon elle, c'est dans un quartier de Londres où il était installé qu'il aurait "fréquenté les mauvaises personnes".

LIRE AUSSI: