Les compagnies IT et constructeurs unissent leurs forces autour de la voiture connectée

Publication: Mis à jour:
A
DR
Imprimer

Après avoir ouvert de nouveaux horizons à l’humanité, en raccourcissant les distances entre les villes, la voiture ressemble de plus en plus à un véritable nœud des réseaux mobiles, doté de capacités spécifiques pour répondre à des besoins particuliers. Elle contient, en effet, de plus en plus de données dont une partie est utilisée par les constructeurs automobiles pour créer de nouveaux types de marchés liés au secteur des télécommunications.

L’ère de l’électronique numérique greffée au progrès constaté dans le développement des applications mobiles a accéléré la tendance de la voiture connectée. Aujourd’hui, beaucoup de fonctionnalités contenues dans les terminaux mobiles sont devenues des composants essentiels de la conduite automobile.

La caméra, par exemple, qui reste un accessoire dans un terminal mobile, devient l’assistant du conducteur dans le stationnement du véhicule. C’est pourquoi, de plus en plus de constructeurs de voitures se sont engagés, aux côtés d’éditeurs de softwares et de compagnies IT, dans la bataille des voitures connectées et plus précisément dans celle des habitacles et tableaux de bord de demain.

Aujourd’hui, des fournisseurs de systèmes d’exploitation comme Microsoft et Google ont réussi à faire embarquer leurs systèmes d’exploitations (OS) dans les composants intelligents insérés dans les cartes électroniques qui composent le tableau de bord.

Mieux, la semaine dernière, le fabricant des puces électroniques ARM a annoncé le début des tests réels d’une nouvelle puce pour les caméras destinées aux voitures. Baptisée Mali, cette puce est dotée d’un processeur capable de se comporter comme l’œil humain pour analyser tous les pixels des flux vidéo capturés par les caméras embarquées dans la voiture.

En clair, la puce Mali permet au conducteur de mieux réagir aux situations de conduite. Elle l’aide à voir si une personne passe derrière le véhicule pendant le stationnement et stoppera la manœuvre. Sans cet apport, les caméras situées à l’arrière d’un véhicule ne savent pas identifier la présence d’une personne. Aussi, la puce Mali pourra localiser une personne traversant la rue, voir la couleur des feux de signalisation et repérer la voie de circulation dans des conditions d'éclairage variables. Elle est également capable d’interpréter les conditions météorologiques en exploitant les données GPS. Ce qui renforce la sécurité de la conduite cas d’intempéries.

La puce Mali, exploite aussi les images provenant d’une caméra placée à l'intérieur du véhicule pour voir si le conducteur est fatigué et d’émettre une alerte en cas de somnolence. Côté constructeurs de voitures, Renault-Nissan a annoncé un partenariat avec Microsoft pour développer des services connectés pour ses prochaines automobiles. Les ressources d’Azure seront mises à contribution pour collecter, analyser et stocker les données nécessaire au suivi en ligne, au diagnostic à distance et à la maintenance préventive.

Un nœud du réseau de communication

Les réseaux mobiles 5G expliqueront dans quelques années l’essor des technologies de conduite intelligente dans les automobiles de demain. En effet, les trois principaux constructeurs allemands Audi, BMW et Daimler viennent de dévoiler un partenariat avec des équipementiers pour développer la prochaine génération de réseaux mobiles pour assurer les communications des véhicules.

Avec Ericsson, Huawei, Intel, Nokia et Qualcomm, les constructeurs allemands ont annoncé la formation de la 5G Automotive Association qui va développer, tester et standardiser la cinquième génération de communication sans fil à très haut débit. En dépit de l’intégration de ces fonctionnalités de navigation dans le menu du tableau de bord, les démarches humaines intervenantes dans le moteur, le freinage, le contrôle de vitesse et le stationnement sont maintenus, puisqu’elles sont remplacées par des capteurs électroniques dont le nombre augmente de jour en jour.

Ces derniers produisent à la fois plusieurs catégories de flux de données, créant une digitalisation des fonctions vitales de l’automobile. Les applications de guidage, de confort, de maintenance, de connectivité et d’assistance à la conduite sont les principaux facteurs de cette amélioration. Cette mutation a transformé les tableaux de bord des voitures en cockpits d’avions et a, par conséquent, consolidé le partenariat entre les fabricants de composants électroniques, opérateurs de télécommunications, éditeurs de logiciels et constructeurs automobiles.

L’automobile deviendra ainsi un nœud du réseau de communication dit "car-to-x". Les automobilistes pourront envoyer et recevoir des données entre eux, avec d’autres équipements, ou encore directement avec des services web. La voiture mutera en un véritable terminal doté d’un système intelligent capable d’assurer l’optimisation du trafic automobile. Tous les futuristes des fabricants de l’auto connectée s’accordent à dire que le déploiement annoncé du "Car2X" sur les routes sera l’unique remède à l’explosion du trafic automobile mondial qui comptera plus 4 milliards de véhicules d’ici 2050.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.