Saisie du cargo de l'OCP: La cour maritime du Panama rejette la requête du Polisario

Publication: Mis à jour:
SHIP MOROCCO
Wiktor ubert
Imprimer

JUSTICE - Jugée infondée par la cour maritime du Panama, l’action intentée par le Polisario contre le propriétaire du navire Ultra Innovation transportant une cargaison de phosphate marocain en provenance de la mine de Phosboucraa, a été rejetée, mercredi, indique l’OCP, ce jeudi, dans un communiqué relayé par la MAP.

Dans ce communiqué, l'OCP précise que "la cour panaméenne déclare qu’une cour nationale n’est pas la juridiction compétente pour se prononcer au sujet d’une affaire politique internationale". Et d'ajouter que "le jugement de la cour révèle, par ailleurs, qu’il n’y a aucune preuve démontrant que la cargaison appartient aux requérants".

L'OCP a salué la décision de la cour panaméenne précisant qu'une cour nationale "n'est pas le lieu approprié pour considérer des allégations sans fondement et purement politiques". L'OCP estime que "la cour panaméenne met en échec les tentatives du front polisario de nuire au développement économique et social important de la région et de contourner le processus politique présentement en cours sous l’égide du Conseil de Sécurité des Nations Unies".

Pour ce qui est d'une tentative similaire en Afrique du Sud, l'OCP indique dans son communiqué que "le tribunal vient, aujourd’hui même, de reporter sa décision au 15 juin 2017. Nous restons confiants que les fondements juridiques et les faits nous sont favorables". Et de réitérer l'engagement de la société Phosboucraa, appartenant à l'OCP, à poursuivre "son rôle en tant qu’acteur responsable engagé à servir ses clients tout en renforçant le développement socio-économique de la région".

Pour rappel, le navire Cherry Bossom , qui transportait depuis le port de Laâyoune près de 55.000 tonnes de phosphate à destination de la Nouvelle-Zélande, a été arraisonné, le 4 mai, à Port Elizabeth, en Afrique du Sud, suite à une requête des séparatistes l'accusant de transporter "des ressources sahraouies spoliées".

Le gouvernement s'est alors montré serein. Son porte-parole Mustapha El Khalfi avait déclaré que "le Maroc est en règle vis-à-vis du droit international". Il avait pointé les ennemis de l’intégrité territoriale, affirmant que "ces manœuvres sont vouées à l’échec".

LIRE AUSSI:
Saisie du cargo de l'OCP: Le Maroc confiant
Sidi El Abed et Jorf Lasfar, le David agricole contre le Goliath industriel