Le Qatar rejette toute intervention dans sa politique étrangère

Publication: Mis à jour:
QATAR FOREIGN MINISTER
Qatari Foreign Minister Mohammed bin Abdulrahman al-Thani speaks to an AFP reporter in Doha, on June 8, 2017.Qatar's foreign minister rejected attempts to interfere in the country's foreign policy and said a 'military solution' to the country's crisis with its Gulf neighbours was not an option. / AFP PHOTO / KARIM JAAFAR (Photo credit should read KARIM JAAFAR/AFP/Getty Images) | KARIM JAAFAR via Getty Images
Imprimer

Le Qatar, qu'une grave crise oppose à l'Arabie saoudite et ses alliés, rejette toute intervention dans sa politique étrangère, a déclaré jeudi son ministre des Affaires étrangères en excluant cependant l'option militaire.

"Personne n'a le droit d'intervenir dans notre politique étrangère", a dit à l'AFP cheikh Mohammed ben Abderrahmane Al-Thani.

Le ministre a exclu que la crise prenne une dimension militaire.

"Une solution militaire n'est pas une option", a-t-il dit, affirmant qu'aucun mouvement de troupes n'avait été opéré vers la frontière avec l'Arabie saoudite.

Il a assuré que le Qatar peut tenir "éternellement" malgré le blocus qui lui est imposé.

Lundi, Ryad, Abou Dhabi, Manama et Le Caire ont rompu leurs relations diplomatiques avec Doha. Ces pays ont également fermé leurs frontières aériennes, maritimes et terrestres avec le petit émirat gazier.

Le royaume saoudien et les Emirats arabes unis veulent un "changement de politique" au Qatar, a réclamé mercredi le ministre d'État émirati aux Affaires étrangères, Anwar Gargash, en posant une série de conditions.

Il a notamment exigé l'arrêt de ce qu'il qualifie de propagande "extrémiste" de la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera et des mesures contre des représentants de la confrérie des Frères musulmans et d'autres islamistes ayant trouvé refuge à Doha.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.