Réfugiés syriens bloqués à Figuig: "Le Maroc bafoue ses obligations internationales", regrette Amnesty International

Publication: Mis à jour:
QSDSQD
DR
Imprimer

Amnesty International a accusé les autorités marocaines de "bafouer leurs obligations internationales en matière des réfugiés", en bloquant un groupe de réfugiés syriens à Figuig et les privant de la possibilité de recevoir l'aide humanitaire d'urgence initiée par l'Algérie. Dans un communiqué de presse publié ce jeudi 08 juin 2018, cette ONG a ordonné 7 au Maroc de leur accorder le droit de demander l'asile.

Les autorités marocaines entravent depuis lundi 05 juin 2017 le transfert vers le territoire algérien des réfugiés syriens, bloqués depuis le 16 avril dernier à Figuig au Maroc. Le ministère des affaires étrangères a affirmé que les autorités marocaines ont refusé d'autoriser ces ressortissants d'entrer au territoire algérien par le poste frontalier de Beni Ounif, à 110 km au nord de Bechar.

Les autorités algériennes locales, le représentant algérien du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR), Hamdi Boukhari et des cadres du ministère des Affaires Etrangères "ont pris depuis lundi passé toutes les dispositions pour accueillir, à titre humanitaire, ces migrants dont une femme enceinte et des enfants" avant de se décider à lever provisoirement ce dispositif.

Le MAE a affirmé dans un communiqué datant de mercredi 7 juin que "tout était prêt" pour assurer des conditions de prise en charge optimales à ces ressortissants. Toutefois, une fois sur place, la délégation officielle algérienne et le représentant du HCR ont été surpris par le refus des autorités marocaines d'autoriser à ces ressortissants l'entrée au territoire algérien par le poste frontalier de Beni Ounif, a rajouté la même source.

Le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Abdelaziz Benali Cherif, a ainsi déclaré mercredi que malgré toutes les dispositions prises pour accueillir ce groupe de migrants, le "HCR n'a pas été en mesure d'aboutir à une solution".

"Devant cette situation regrettable, l'Algérie se voit contrainte de lever provisoirement le dispositif mis en place pour leur accueil et leur prise en charge et ce, dans le respect des règles et de la pratique, internationales en la matière", a ajouté le même responsable dans un communiqué.

Dans son communiqué, Amnesty International a appelé les autorités marocaine à apporter de l'aide humanitaire à ces ressortissants syriens. Cette ONG a également appelé le Maroc à autoriser les organisations humanitaires à se rendre sur place pour évaluer leurs besoins. "Rien ne saurait justifier que l'on prive des réfugiés de l'accès à la nourriture et à l'eau", a déclaré Heba Morayef, directrice des recherches pour l'Afrique du Nord à Amnesty International.

"En refusant aux réfugiés syriens la possibilité d'entrer en contact avec le HCR, les autorités marocaines bafouent leurs obligations internationales", affirme-t-on. "les autorités marocaines doivent leur accorder le droit de demander l'asile", a réitéré la même source.

Amnesty International a ensuite appelé les autorités marocaines "à ne pas mettre en danger la vie des réfugiés en les laissant piégés à la frontière dans des conditions difficiles et sans aide humanitaire, devant immédiatement leur permettre d'entrer dans le pays et d'exercer leur droit de demander l'asile auprès du bureau compétent du HCR au Maroc".

LIRE AUSSI: L'accueil des ressortissants syriens bloqués à Figuig entravé par les autorités marocaines

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.