À Rabat, Audrey Azoulay fait campagne pour le poste de directeur général de l'Unesco

Publication: Mis à jour:
AUDREY AZOULAY RABAT
À Rabat, Audrey Azoulay fait campagne pour le poste de directeur général de l'Unesco | Ambassade de France au Maroc
Imprimer

CULTURE - L'ex-ministre française de la Culture, Audrey Azoulay, était à Rabat mercredi 7 juin. Candidate pour occuper la direction générale de l’Unesco, la fille du conseiller du roi Mohammed VI, André Azoulay, a profité de son passage dans la capitale marocaine pour visiter deux sites inscrits au patrimoine de l'Unesco.

L'ancienne conseillère culture du président François Hollande entre 2014 et 2016 s'est rendue sur l'esplanade de la Tour Hassan et dans la nécropole mérinide du Chellah, accompagnée par l'ambassadeur de France au Maroc, Jean-François Girault.

Elle a également visité l'exposition "Face à Picasso" au Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain (MMVI), puis le nouveau musée de l’Histoire et des Civilisations, en compagnie du président de la Fondation nationale des musées (FNM), Mehdi Qotbi.

La candidature d'Audrey Azoulay au prestigieux poste de directeur général de l'Unesco avait été annoncée à la dernière minute, le 15 mars, à la veille de la clôture des dépôts de candidatures auprès de l'Unesco.

Celle-ci, "poussée par l'Elysée" selon Le Figaro, a suscité quelques remous. Il n'est en effet pas d'usage qu'un Français brigue ce poste, alors que le siège de l'Unesco se trouve en France. Il est également attendu qu'un candidat d'un pays arabe soit élu cette année.

"Les pays arabes veulent ce poste. Cette candidature va créer une tempête à l'Unesco. Ils vont l'interpréter comme une invraisemblable provocation", indiquait un diplomate d'un pays européen à Paris au Figaro.

Face à huit autres candidats, dont quatre issus de pays arabes (Égypte, Liban, Qatar et Irak), Audrey Azoulay pourrait tout de même miser sur ses origines marocaines pour faire valoir sa candidature.

La représentation de l'Unesco à Rabat, de son côté, assure rester neutre dans cette affaire. "On ne peut pas prendre partie pour un candidat ou pour un autre avant l'élection", nous confie une source au sein du bureau.

L'élection du futur directeur général de l'Unesco aura lieu en octobre prochain. Ce sont les membres du Conseil exécutif qui voteront pour un des neuf candidats en lice. Le président du Conseil dévoilera le nom du candidat lors de la conférence générale qui aura lieu du 30 octobre au 14 novembre.

Le candidat élu remplacera la Bulgare Irina Bokova, à la tête de l'Unesco depuis 2009. Le directeur général est élu pour un mandat de quatre ans, renouvelable une fois.

LIRE AUSSI: Quatre candidats issus du monde arabe en lice pour le poste de directeur général de l'UNESCO