Baccalauréat: 545 nouveaux cas de fraude enregistrés au 2e jour des examens

Publication: Mis à jour:
EXAM
AIC Press
Imprimer

BACCALAUREAT - Au premier jour des épreuves du baccalauréat, 729 cas de fraude à l’examen national du baccalauréat ont été enregistrés. Au deuxième jour, une petite baisse est perceptible puisque ces cas ont atteint le nombre de 545. Un chiffre également en baisse de 58% par rapport à la même journée de l’année dernière, qui avait enregistré 1.294 cas de ce genre, indique le ministère de l'Éducation nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de recherche scientifique.

Qualifiant le climat dans lequel se déroule l’examen national du baccalauréat de "très positif", le ministère a tenu, toutefois, à préciser que les sujets des épreuves de certaines matières ont été publiés sur les réseaux sociaux après l’ouverture des enveloppes et le début des épreuves. Les réponses aux épreuves, qui se sont avérées fausses, ont également été publiées le premier et le second jour du bac, précise le communiqué du ministère.

La même source souligne que les Académies régionales de l’éducation et la formation ont appliqué les mesures juridiques et administratives en vigueur à l’encontre de toute personne ayant été prise en flagrant délit de fraude.

Le ministre à la tête du département, Mohamed Hassad, applique une "tolérance zéro" face aux fraudeurs. Hier, certains ont même été arrêtés et déférés devant la justice. Dans un premier communiqué publié hier, le département a salué l’efficacité de la cellule de vigilance et de suivi qu’il a mis en place, pour avoir "réussi en un temps record à identifier certains des auteurs de la prise en photo de deux sujets d’épreuves et de leur publication sur les réseaux sociaux après le début des examens".

Plus de 325.000 candidats passent, cette année, l’examen du baccalauréat, dont la surveillance est assurée par un effectif de 41.000 fonctionnaires de l'Éducation.

L’année dernière, environ 16.000 cas de fraude avaient été enregistrés. La loi, amendée récemment, prévoit, désormais, des peines de prison ferme contre les fraudeurs.

LIRE AUSSI: