Attaque sur le parvis de Notre-Dame de Paris: l'assaillant, un Algérien "doctorant en communication"

Publication: Mis à jour:
NOTRE DAME DE PARIS
L'attaque a eu lieu hier, sur le parvis de Notre Dame de Paris. | Charles Platiau / Reuters
Imprimer

PROFIL - L’individu qui a attaqué au marteau un policier, mardi 6 juin sur le parvis de Notre-Dame de Paris, est un ressortissant algérien "doctorant en communication" à Metz (Est). Dénommé Fradi Ikken, l’individu, âgé de 40 ans, avait attaqué au marteau un policier qui était en patrouille avec d’autres collègues qui ont riposté par balles le touchant aux jambes.

L’individu est inscrit à l'université de Lorraine depuis 2014 en science de l'information et de la communication au CREM, le centre de recherche sur les médiations, a indiqué le président de l'université de Lorraine Pierre Mutzenhardt à France Bleu, précisant qu’il préparait une thèse sur le journalisme et les élections dans les pays d'Afrique du Nord au CREM.

Selon l’Université de Lorraine, cet homme originaire d'Algérie, né en 1977, a été auparavant journaliste en Suède puis en Algérie. Il avait déménagé dans le Val d’Oise pour rejoindre son directeur de thèse à la rentrée 2015-2016.

Le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a indiqué mardi qu’outre le marteau, l’assaillant, qui s’est revendiqué être un "soldat du califat", était en possession de deux couteaux.

Dans le cadre de l’enquête en flagrance ouverte par la section antiterroriste du parquet de Paris, une perquisition a été menée mardi soir dans une résidence estudiantine de Cergy (Val-d'Oise) où logeait l’agresseur. Les enquêteurs ont découvert une vidéo de l'assaillant prêtant allégeance au groupe terroriste, ont rapporté plusieurs médias.

Par ailleurs, le porte-parole du gouvernement Christophe Castaner a indiqué mercredi à RTL que l’assaillant n'avait pas "donné de signes de sa radicalisation" et que "toutes les indications" confirment la thèse "d'un acte isolé".

LIRE AUSSI: