Isolement du Qatar: "peut-être le début de la fin de l'horreur du terrorisme" (Trump)

Publication: Mis à jour:
TRUMP SAUDI ARABIA
RIYADH, SAUDI ARABIA - MAY 21: (----EDITORIAL USE ONLY MANDATORY CREDIT - 'BANDAR ALGALOUD / SAUDI ROYAL COUNCIL / HANDOUT' - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS----)US President Donald Trump, US First lady Melania Trump (2nd R), Saudi Arabia's King Salman bin Abdulaziz al-Saud (2nd L) and Egyptian President Abdel Fattah el-Sisi (L) put their hands on an illuminated globe during the inauguration ceremony of the Global Center for Combating Extremist Ideol | Anadolu Agency via Getty Images
Imprimer

Le président américain Donald Trump a estimé mardi que l'isolement du Qatar marquera "peut-être le début de la fin de l'horreur du terrorisme", suggérant que "tous les éléments pointent vers le Qatar" dans le financement de l'extrémisme.

Les pays du Golfe ont dit "qu'ils adopteraient une ligne dure contre le financement de l'extrémisme et tous les éléments pointaient vers le Qatar", a écrit Donald Trump sur Twitter.

"Cela sera peut-être le début de la fin de l'horreur du terrorisme", a-t-il ajouté, en référence à la décision de l'Arabie saoudite et d'autres pays de la région d'ostraciser le Qatar.

Le Qatar est accusé par ses détracteurs d'entretenir des liens avec les réseaux jihadistes Al-Qaïda et groupe Etat islamique, ainsi que les Frères musulmans, classés "terroristes" par certains pays arabes.

Donald Trump s'était déjà exprimé mardi matin sur Twitter pour attribuer l'isolement du Qatar à sa récente visite en Arabie Saoudite centrée sur la lutte contre l'islamisme radical.

"Durant mon récent voyage au Moyen-Orient, j'ai affirmé que le financement de l'idéologie radicale devait cesser. Les dirigeants ont montré du doigt le Qatar - Et regardez !", avait écrit le président des Etats-Unis.

Ces déclarations du président américain tranchent avec le ton conciliant de son chef de la diplomatie, Rex Tillerson, qui avait appelé lundi les pays du Golfe à rester "unis" et à "s'asseoir et à parler de ces divergences".

Le Qatar héberge la plus grande base aérienne américaine dans la région, siège du commandement militaire américain chargé du Moyen-Orient.

Cette base est cruciale pour la lutte contre le groupe Etat islamique (EI) en Syrie et Irak menée par la coalition internationale dirigée par Washington et dont fait partie Doha.

Retrouvez les articles de HuffPost Algérie sur notre page Facebook.

Pour suivre les dernières actualités en direct, cliquez ici.